Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juillet 2011 3 13 /07 /juillet /2011 06:35

CASE DÉPART 

Antillais de métropole, Joël et Régis sont demi-frères et aussi différents que possible. Régis (Fabrice Éboué) est intégré au point de se prétendre normand, tandis que Joël (Thomas Ngijol), qui sort de prison, utilise le racisme comme alibi à sa paresse.

Retournant aux Antilles à l'occasion du décès de leur père, ils sont furieux de découvrir que celui-ci ne leur a légué que l'acte d'affranchissement de leurs ancêtres esclaves. Une tante un peu sorcière les plonge en plein XVIIIe siècle, histoire de leur faire découvrir ce qu'est vraiment le racisme…
Transposition qui donne lieu à quelques gags savoureux, distillés au long d'un récit bien mené et sans temps morts.

Et pourtant, on rit peu, et encore moins cependant, en découvrant, sans surprise tant cette pratique masochiste est courante chez les Français, à quel point le film applique aux Blancs des clichés aussi imbéciles que ceux qu'il leur reproche d'adresser aux Noirs; banal somme toute. 

Ces deux frustrés se découvrent demi-frères et partent aux Antilles, terre de leurs ancêtres, toucher un héritage. L'un, à gauche, se juge victime du racisme; l'autre, bien intégré, renie sa négritude. Ils sont ramenés par magie (un peu comme dans Les Visiteurs) dans le passé, au milieu du XVIIIème siècle...

Cette comédie, capable d'auto dérision, est touchante par sa dénonciation juste de l'esclavage, qu'elle sait rendre odieux et honteux sans avoir à forcer le trait. Mais malgré un ou deux sourires arrachés, elle manque presque entièrement de faire rire...

 

Case Départ


Les ports de Nantes et de Bordeaux mais aussi La Rochelle, St Malo, s'enrichirent  au 18ème siècle grâce, en partie seulement, au commerce des esclaves.

France-vernetbordeaux.jpg

Le port de Bordeaux, gravure de Monsieur Joseph Vernet.

 

 

 

 

 

 

 

 

 carte-du-commerce-triangulaire.jpg

 


 

Carte du commerce triangulaire entre l'Europe, l'Afrique et les Amériques au milieu du 18éme siècle: contrairement à ce que l'on a voulu faire croire, ce sont les Africains eux-mêmes qui pratiquaient l'esclavage, et depuis fort longtemps en fournissant abondamment les Musulmans puis les Européens.

 

Esclaves-navires-negriers.jpg

 

Navire négrier: l'esclave est une marchandise.

L'esclavage a été pratiqué durant toute l'histoire. Il fut aboli par les Européens au 19ème siècle; curieusement, ce sont eux seuls que l'on accuse...

Pourtant, toutes les plus grandes civilisations pratiquèrent tout au long de l'histoire l'esclavage: en Asie, en Afrique, en Europe et dans l'Amérique précolombienne. Mais la palme de la durée revient aux Arabes. Ils furent les principaux acteurs de la traite africaine, mais, à la différence des Européens, ils ne tenaient pas de registres, aussi les chiffres précis font-ils défaut.

Pour des raisons philosophiques et religieuses, ce sont les Européens qui ont pris l'initiative d'abolir et de combattre l'esclavage au 19ème siècle. Par un curieux retournement, ce sont cependant les seuls Européens que l'on place sur les bancs des accusés, alors que l'on devrait, au contraire, en toute bonne logique, leur rendre justice et même leur tresser des couronnes de lauriers, pour l'abolition.

État des connaissances:

Depuis moins de quinze ans, plusieurs publications de grande importance ont révolutionné ce que nous savions jusque-là de la question de la traite atlantique.

Après les travaux pionniers de Philipp Curtin aux États-Unis ou ceux de Serge Daget et de François Renault en France, l'historien anglais Hugh Thomas publia en 1997 un livre qui fut la référence en la matière. L'historiographie a ensuite été renouvelée en profondeur par la publication de The Oxford History of the British Empire, suivie de la somme d'Olivier Pétré-Grenouilleau, à la fois synthèse et mise en perspective de toute la littérature anglaise, française et portugaise consacrée à la question.

Les pirates musulmans pillaient les côtes de l'Europe afin d'enlever des femmes blondes à la peau laiteuse qu'ils revendaient à prix d'or; ces malheureuses étaient ensuite placées dans les harems.De nos jours, la traite des "blanches" seraient à l'origine" de milliers de disparitions d'Européennes, souvent mineures; sur ce sujet, les autorités et les médias restent étrangement silencieux...

 

 

 

Esclaves-blanches-Harem.jpg

Femmes blanches dans un harem: les peintres européens du 19ème siècle et la mode orientaliste ont esthétisé cette tragédie de femmes blanches enlevées et réduites à l'esclavage pour le plus grand plaisir de princes musulmans.

 

Esclaves-blanches-captures-barbaresque.jpg

   

 

 

 

Esclaves-blanches-0.jpg

 

 

Esclave-jeune--circassienne.jpg

 

 

 

Très jeune esclave circassienne: les musulmans pour beaucoup très friands de jeune fille aux cheveux clairs et à la peau laiteuse,à peine pubère, réduisirent en esclavage des enfants originaires des territoires occupés d'Europe centrale et des Balkans.

 

Ce livre n'a pas d'équivalent dans le monde anglo-saxon. Pétré-Grenouilleau intègre avec bonheur les travaux essentiels de The Oxford History of the British Empire et consacre de percutants développements à la traite orientale ou traite musulmane.

Tous ces travaux ont permis d'avancer sur trois points déjà connus il y a une décennie mais qui, désormais, sont confirmés, actualisés et même amplifiés. Il s'agit du rôle des Africains dans la traite elle-même, de la véritable rentabilité de l'opération pour les négriers européens et des effets de la ponction humaine sur la démographie africaine.

" La traite négrière n'a pas été une invention diabolique de l'Europe"

Fernand Braudel (historien)

 " Les captifs qui n'apparaissaient pas par enchantement sur les sites de traite, étaient "produits", transportés, parqués et estimés par des négriers noirs".

Olivier Pétré-Grenouilleau (op.cit., 2004,p.128).

 

Cela signifie que la traite des esclaves fut d'abord et depuis la nuit des temps, une opération inter-africaine. De l'intérieur du continent jusqu'au littoral, les réseaux de distribution, les péages, les versements de taxes et les marchés continentaux faisaient qu'une partie de l'Afrique s'enrichissait en en vendant une autre. Pétré-Grenouilleau donne même des chiffres  définitifs: seulement 2% de tous les captifs furent razziés par des Européens, en l'occurrence les Portugais, et cela uniquement au tout début de la période (15ème siècle), tandis que 98% le furent par des Africains.

 Esclaves-blanches-00.jpg

 

 

 

esclave-la-capture-des-africains-par-des-locaux-copie-2.jpg

 

Capture par des locaux.

A la fin du 15ème siècle, les Portugais échangeaient des esclaves noirs contre l'or aux orpailleurs africains de la région d'Elmina dans l'actuel Ghana car, dit Hugh Thomas, ces derniers exigeaient de se voir payer, du moins en partie, en esclaves (op.cit., 1997,p.60). D'ailleurs, les sociétés africaines étaient quasiment toutes esclavagistes. Exemple parlant, le califat de Sokoto, dans le nord de l'actuel Nigéria, constitua la troisième plus grande société esclavagiste de l'histoire moderne après les États-Unis et le Brésil.

Sur les côtes d'Afrique, le rôle des Blancs était limité. Ils n'étaient d'ailleurs que quelques dizaines à vivre à demeure dans trois ou quatre dizaines de fortins de l'intérieur. Ils y vivaient retranchés, tentant d'échapper au "vomito negro", la terrible fièvre jaune. Dans ces forts côtiers échelonnés du Sénégal à l'Angola, ils attendaient que leurs partenaires africains vinssent leur livrer les captifs. Sur la côte ou dans l'arrière-pays, des États esclavagistes existaient en effet et c'est eux qui étaient leurs pourvoyeurs d'esclaves.

Quatre grands royaumes côtiers ont été particulièrement bien étudiés par les historiens: le Bénin, le Dahomey, l'Ashanti et l'Oyo, qui durent leur fortune et leur développement au commerce des esclaves. Ainsi Tegbessou, le roi du Dahomey, qui régnait vers 1750, vendait chaque année plus de 9000 esclaves aux négriers européens, ce qui lui procurait des revenus supérieurs à ceux des plus grands armateurs de Liverpool ou de Nantes et quatre à cinq fois  plus élevés que ceux des plus riches propriétaires terriens d'Angleterre.

Carte_de_l_Afrique_en_1812_par_Arrowsmith_and_Lewis_84.jpg

 Carte des Empires africains en 1812

 

Jusqu'à ces dernières années, le postulat était que les profits découlant de la traite des esclaves furent à l'origine de la révolution industrielle européenne et que la substance volée à l'Afrique a donc été à l'origine de la richesse de l'Europe ( Capitalism & slavery; Eric Williams; 1944; Culture & impérialisme, Edward Said; 1993). Aujourd'hui, il est possible d'affirmer que ces travaux sont peu objectifs et devenus  scientifiquement obsolètes.

En réalité, la traite ne constituait qu'une part infime du commerce atlantique des puissances européennes. Ainsi, au 18ème siècle, époque de l'apogée du commerce atlantique des puissances européennes, en particulier du commerce colonial britannique, les navires négriers représentaient moins de 1,5% de toute la flotte commerciale anglaise et moins de 3% de son tonnage. Hugh Thomas écrit que la rentabilité du commerce négrier est à limiter car il était aléatoire: sur 24 navires négriers partis de Nantes entre 1783 et 1790, 16 permirent aux armateurs de faire des bénéfices tandis que 14 perdirent de l'argent. Dans le meilleur des cas, le commerce négrier français rapporta 6% aux armateurs. Sur 100 bateaux hollandais se livrant à la traite durant la seconde moitié du 18ème siècle,  41 firent des pertes. Quant aux profits des 59 autres, ils furent en moyenne de 3% avec un retour annuel sur investissement de 2% (op. cit., 1997, p. 463). Si le commerce colonial, au sens le plus large du terme, était rentable pour les armateurs, il n'en allait donc pas de même du commerce négrier.

 


 

USA-Junius_Brutus_Stearns_-_George_Washington_as_F-copie-1.jpg

 

  Le grand homme politique Georges Washington,ici peint avec son régisseur, premier président des États-Unis, possédaient de vastes domaines et de nombreux esclaves.

Peinture de Junius Brutus Stearns (1810-1885); ce tableau de 1851 pudiquement intitulé "G.Washington as a farmer", peind avant la guerre civile américaine, montre un des pères fondateurs des États-Unis, sur ces terres de Mount Vernon. Ce qui prouve que l'esclavage n'avait rien de choquant y compris pour des démocrates. 

 

 

Esclaves-Mount-Vernon-slavery.jpg

Le quartier des dortoirs des esclaves dans la propriété de Mount Vernon de Georges Washington.

 

L'histoire comparative présente le grand avantage de mettre les phénomènes en perspective. Elle permet donc de relativiser les chiffres ou les faits nus. C'est ainsi que Pétré-Grenouilleau nous apprend qu'en 1700, le produit brut de toutes les colonies esclavagistes britanniques étaient à peine  équivalent à celui d'un petit comté anglais.

Dans "The Oxford History of the British Empire", David Richardson écrit que certaines fortunes anglaises furent certes basées sur le commerce des esclaves, mais il démontre que l'"apport du capital négrier dans la formation du revenu national britannique dépassa rarement la barre de 1%, atteignant seulement 1,7% en 1770 et en moyenne la contribution de la traite à la formation du capital anglais se situe annuellement autour de 0,11%" (op. cit.,1998, p.339).

Si la révolution industrielle anglaise n'a donc pas été financée par l'Afrique, qu'en-est-il de la France?

Au 18ème siècle, les esclavagistes français affirmaient que la traite était nécessaire aux Antilles, celles-ci étant nécessaires au commerce colonial et le commerce colonial nécessaire à l'économie française: selon eux, la traite était par conséquence vitale pour la France.

C'est en se basant sur ce syllogisme que les historiens marxistes et ceux qui ont adhéré au paradigme de la culpabilité européenne n'ont cessé d'affirmer que la France avait bâti sa richesse sur la traite des esclaves. Dans le même ordre d'idées, rappelons que le grand homme politique français Jules Ferry, qui a donné son nom à tant de rues, avenues, places et boulevards, affirmait sans complexes que le commerce colonial étant vital pour la France, cette dernière devait se lancer dans la course aux conquêtes coloniales; or, il a été démontré depuis, que l'Empire colonial bâti par la Troisième République avait ruiné la France. La réalité est donc souvent différente des slogans, comme les évènements du 18ème siècle le démontrent. Olivier Pétré-Grenouilleau fait ainsi litière de l'argument selon lequel la France a bâti sa richesse sur le commerce négrier:

"Dans le cas de la France, il suffit de constater que l'interruption de la traite entre 1792 et 1815 pour cause de guerre maritime n'a pas provoqué, loin s'en faut, la misère et la mort de cinq à six millions de personnes comme les négriers l'avaient annoncé". (op. cit., 2004, p. 345).

esclaves-Virginie-1619-ou-1649.jpg

 Peinture anonyme:Esclaves en Amérique du nord, dans la colonie anglaise de Virginie, vers 1739-40.

Il est établi aujourd'hui, par les meilleurs historiens, que le développement industriel est étranger à la traite. En outre, les études révélant qu'à la fin du 18ème siècle, le commerce colonial français était supérieur en volume au commerce colonial anglais, comment expliquer que la France, à la différence de l'Angleterre, n'ait pas fait sa révolution industrielle?  Faute à la révolution de 1789? Oui, mais pas seulement. Cette révolution industrielle, s'est effectuée bien plus tard , dans la seconde partie du 19ème siècle, donc bien après l'abolition de l'esclavage et, qui plus est, dans l'Est de la France (Lorraine, région lyonnaise, dans le Nord) et non à Bordeaux ou à la Rochelle.

Pas davantage que la révolution industrielle anglaise, la révolution industrielle française ne s'explique par la traite.

Continuons de raisonner par l'absurde: durant la période 1701-1810, une part très importante du commerce des esclaves était contrôlée par le Portugal. Si le développement industriel se mesurait aux profits réalisés dans ce commerce, le Portugal aurait donc dû être une des nations les mieux loties. Or, on sait que le Portugal était, il n'y a pas longtemps, une enclave européenne de sous-développement économique, au point tel que l'Union européenne lui prêta des sommes astronomiques pour rattraper son retard, ce qui place aujourd'hui le Portugal au bord du gouffre de la ruine financière à cause de son endettement. A contrario, l'Allemagne la Suède ou la Tchécoslovaquie, réussirent trés tôt leur révolution industrielle sans avoir été impliquées, ou si peu, dans le commerce des esclaves...

Esclave-revolte-sur-un-bateau-negrier-au-18eme-siecle.jpg

(Gravure anglaise vers 1830: révoltes sur un navire faisant commerce d'esclaves.)

Cette réalité se retrouve aux États-Unis d'Amérique.

Si le postulat énoncé plus haut était vérifié, la révolution industrielle aurait dû se produire au  Sud, région esclavagiste et non au Nord, région abolitionniste. Or, les États du Sud sont demeurés essentiellement agricoles, et c'est précisément parce-qu'ils n'avaient pas fait leur révolution industrielle qu'ils furent vaincus par le Nord industrialisé durant la guerre de Sécession (1861-1865). On peut même affirmer que la traite et le système esclavagiste ont enfoncé le Sud dans une forme d'immobilisme alors que le Nord, qui ne dépendait pas d'une économie esclavagiste, s'était industrialisé.

 

 

La traite atlantique a-t-elle opéré des coupes sombres dans la démographie africaine?  Cette dépopulation expliquerait-elle une partie des problèmes actuels de l'Afrique? Absurde!

Si tel avait été le cas, l'Europe a eu l'occasion d'introduire une politique sanitaire par la médecine coloniale en vaccinant, en soignant jusqu'au fond des villages de la brousse par des unités mobiles(qui, souvent, manquent cruellement aujourd'hui) et en faisant passer la population continentale de 100 millions en 1900 à prés d'un milliard aujourd'hui....

Mais cette question ne répond pas à la question des coupes sombres opérées en un temps dans la démographie africaine. Allons donc au fond des choses car le sujet est important. 

Colonies-medecine-de-brousse.jpg

 Une équipe de médecins de brousse au Congo (1951)

Les premières estimations globales du volume de la traite atlantique, donc du nombre d'Africains arrachés à l'Afrique, ont été faites Par Ph. Curtin en 1969. Elles ont été ensuite  précisées notamment par P.E Lovejoy et par D.Richardson qui ont particulièrement étudié les pertes en mer. Jusqu'au début du 18ème siècle , ces dernières sont évaluées à environ 20% du nombre des esclaves transportés; à la fin du siècle à environ 10%, pour tomber à 5% au 19ème siècle. Pour ce qui est du seul domaine anglais, Richardson (op.cit. 1999, p. 454) écrit que la mortalité en mer des esclaves fut forte jusque vers 1680 pour atteindre une moyenne de 10% dans la seconde moitié du 18éme siècle. Puis, elle baissa à nouveau à partir de 1788 en raison du "Dolben Act" qui imposait des règles d'hygiène à bord des navires négriers ainsi que la diminution du nombre de captifs transportés. Au total, sur les 3,4 millions d'Africains embarqués à bord des navires anglais de 1662 à 1807, environ 450 000, soit 13,2% moururent durant le voyage.

 

 

 Colonies-medecine.jpg

Ce chiffre semble énorme, mais il faut le rapporter à ce qu'étaient les pertes de toutes les marines de l'époque. On découvre alors que,  paradoxalement, les pertes des esclaves étaient voisines et parfois même inférieures à celles des équipages.

"La traite demande et consomme  des marins et des capitaines: beaucoup meurent à la traite, en moyenne 20% de l'effectif d'un équipage, statistiquement davantage que la cargaison noire".

En un temps où la mortalité infantile est parfois de 60 à 70% en Europe, le prix de la vie n'est pas évalué à son niveau d'aujourd'hui. Tous ces correctifs ayant été intégrés, l'estimation du volume global de la traite atlantique fait aujourd'hui l'objet d'un consensus de la part des historiens. Hugh Thomas donne le chiffre de 11 millions, plus ou moins 500 000, le débat est donc clos sur ce point. 

La question des effets de la traite sur la démographie africaine est quant à elle encore ouverte, même si l'image d'une Afrique dépeuplée au profit des colonies américaines n'est plus soutenue par aucun historien "sérieux". Hugh Thomas affirme même que la saignée provoquée par la traite atlantique n'a finalement eu que peu d'effets sur le bilan  démographique global africain. il montre en effet, que la plus grande partie du continent y a échappé et que les plantes américaines introduites par les Portugais (maïs, manioc, patate douce, haricots, etc...) ont plus que compensé les effets négatifs de la traite, provoquant même un considérable essor démographique et cela dés les 16e et 17e siècles, avant même l'intervention de la médecine européenne des 19e et 20e siècles.

 

Afrique-Congo_-_bantou.jpg

 

Chef Bantou (Congo) 

Cette observation lui permet d'écrire que "la population de l'Afrique de l'Ouest était probablement de l'ordre de 25 millions au début du 17e siècle, avec un taux de croissance de 17 pour 1000. La traite qui prélevait 0,2% de la population par an n'a pu avoir pour effet maximum que de ralentir son augmentation".

De fait, la zone des actuels Etats du Ghana, du Dahomey, du Togo et du Cameroun (Gold Coast, Côte des esclaves) englobant tout le delta du Niger fut une des grandes zones de traite. Si la traite avait dépeuplé ces régions, nous devrions donc nous trouver face à des déserts humains; or ce n'est pas le cas puisque ces régions ( terres Ibo, Yoruba, Akan et Ewe) sont aujourd'hui parmi les plus densément peuplées  de l'Afrique littorale...

 

Afrique-RDCongo_dem_demographie.JPG

  Démographie du Congo.

Ces chiffres sont d'ailleurs à comparer aux pertes humaines subies par l'Europe lors des grandes épidémies de peste (entre 30 et 60% de la population selon les régions), durant la guerre de Trente ans (1618-1648) qui dépeupla une grande partie de l'Europe centrale ou encore durant les guerres de religion (1530-1590). En outre, c'est quelques années à peine que ces pertes furent atteintes et non pas en quatre siècles comme dans le cas de l'Afrique. Or, ces terribles ponctions n'ont pas bloqué le développement de l'Europe.

 

 Entre 1595 et 1866, 27 233 expéditions esclavagistes ou "négrières" ont été organisées par des Européens, des Américains du Nord ou des Brésiliens; la plupart d'entre elles ont été étudiées grâce à leurs archives. Les historiens sont donc bien documentés sur ce que fut la traite atlantique ou traite européenne.

 

Quant à l'abolition, elle fut imposée sous la pression de l'opinion publique et des sociétés antiesclavagistes et non pas, comme l'affirmaient certains historiens, parce-que, économiquement, les plantations ne rapportaient plus suffisamment.

La traite européenne débuta au 16e siècle pour s'achever au 19e siècle mais il faut souligner que la traite musulmane commença au 8e siècle et ne prit fin qu'avec la colonisation de l'Afrique qui permit de contrôler les territoires livvrés aux esclavagistes musulmans. Ces derniers faisant survivre encore de nos jours, une forme moderne d'esclavagisme en fournissant aux royaumes arabes des travailleurs d'origine chrétienne qui sont honteusement exploités, dans l'indifférence tranquille de l'opinion publique occidentale...  

 



Partager cet article

Repost 0
landeaulouis - dans FRANCE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Ciel, la Terre, l'Eau et le Feu
  • Le Ciel, la Terre, l'Eau et le Feu
  • : Critiques de films dits historiques ou sur la biodiversité, avec informations supplémentaires, parfois dérangeantes. Un autre regard, pas toujours consensuel...
  • Contact

Profil

  • Louis
  • Histoire, géographie, philosophie,cinéma, protection de la biodiversité ...sont mes passions.
Mes critiques se veulent sans concession à ce que la philosophe Chantal Delsol nomme: "La tentation du consensus"
  • Histoire, géographie, philosophie,cinéma, protection de la biodiversité ...sont mes passions. Mes critiques se veulent sans concession à ce que la philosophe Chantal Delsol nomme: "La tentation du consensus"

Louis

Cavalier.jpg

Recherche

Texte Libre

cosmos 151%20VIE%20COSMOS%2017ANNEESLUMIERES%20HUBBLES

Archives -2007-2013-

Texte Libre

Vagues sur rochers

Articles Récents

  • CHURCHILL
    Synopsis : Juin 1944. Découvrez le rôle déterminant de Winston Churchill dans cette fiction qui se situe 48 heures avant le débarquement des troupes alliées sur les plages de Normandie. Winston Churchill (1874-1965) fut aux Britanniques ce que fut le...
  • LES SAISONS
    ~~Il y a 12 000 ans, la planète connaît un réchauffement brutal qui met fin à la dernière ère glaciaire et change radicalement la physionomie du continent européen. La forêt s'installe et permet à de multiples espèces animales de se développer. Les hommes...
  • MY WEEK WITH MARILYN
    ~~À Londres en 1956: Sir Laurence Olivier se prépare à réaliser un film. Le jeune Colin Clark, enthousiaste étudiant de cinéma, veut être impliqué et manœuvre pour obtenir un emploi : il parvient à être embauché comme troisième assistant réalisateur sur...
  • THE READER
    THE READER ~~The Reader (Le Liseur au Québec et au Nouveau-Brunswick) est un film américain de Stephen Daldry, adapté du best-seller Der Vorleser (titre français Le Liseur) de l'auteur allemand Bernhard Schlink. Il est sorti aux États-Unis le 10 décembre...
  • UNBROKEN (Invincible)
    Louis Zempirini, jeune athlète à l'Université: encore un père à convaincre.... Date de sortie au Québec 25 décembre 2014 Louis Zamperini était un enfant délinquant quand son grand frère l'a pris sous son aile et l'a convaincu de rejoindre l'équipe d'athlétisme....
  • NATURE
    ~~Pour les amoureux de la nature, les curieux et les explorateurs, un documentaire époustouflant va sortir à la fin du mois : NATURE raconté par Lambert Wilson. meltyDiscovery vous en dit plus sur ce nouveau film NATURE vous emmène dans un voyage étonnant...
  • HERCULE
    ~~Mi-homme mi-légende, Hercule prend la tête d’un groupe de mercenaires pour mettre un terme à la sanglante guerre civile qui sévit au royaume de Thrace et replacer le roi légitime sur le trône. Âme tourmentée depuis la naissance, Hercule a la force d’un...
  • DANSE AVEC LES LOUPS
    ~~Danse avec les loups (Dances with Wolves) est un film américain réalisé par Kevin Costner en 1990. Il s'agit d'une adaptation du roman éponyme écrit en 1988 par Michael Blake. C'est un des films les plus récompensés de l'histoire du cinéma pour un réalisateur...
  • LES SEPT MERCENAIRES
    ~~Les Sept Mercenaires (The Magnificent Seven) est un western de John Sturges sorti en 1960. Le film est grandement inspiré du film japonais Les Sept Samouraïs réalisé par Akira Kurosawa en 1954. ~~Distribution: Yul Brynner (VF : Georges Aminel) : Chris...
  • CRISTEROS
    ~~En 1926, un soulèvement populaire secoue le Mexique suite aux lois farouchement anticléricales du président Callès , un Franc-maçon, qui interdisent toutes pratiques religieuses publiques dans l’ensemble d'un pays majoritairement catholique. Face à...

Beautes Menacees

Texte Libre

arbre ecorcarbres-insolites-autres-arbres-france-6714593769

Texte Libre

Feu.jpg