Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 août 2008 2 12 /08 /août /2008 19:02


13 mars-7 mai 1954
VietNam,
près de la frontière du Laos


Dien bien Phu film


 
" Commencée en 1945 dans l'ignorance, menée d'abord clandestinement, continuée dans l'équivoque, perpétuée par inertie autant que pour l'honneur, sans vraie volonté de vaincre en France et sans moyens véritables de vaincre sur place, la guerre d'Indochine, la "sale guerre" comme certains disaient alors, s'est terminée en 1954, à Diên Biên Phu...

De quoi s'agit-il?
 D'une bataille perdue par la France.
Mais Diên Biên Phu, c'est aussi autre chose: un moment de l'histoire de la France du Grand Large, la fin d'une époque, une page tournée définitivement.
Pour nous, enfin, Diên Biên Phu est un dernier adieu; l'adieu de la France à l'Indochine.
Là-haut, dans cette vallée perdue, tout fut perdu, fors l'honneur..."


Pierre Shoendoerffer

pierre-schoendoerffer-M71041.jpg
Schoendoerffer derrière la caméra.
Le concerto de l'Adieu

Le film commence le 13 mars 1954 à 17 heures, une demi-heure avant que le Vietminh ne déclenche la bataille, qui va durer 57 jours et qui se terminera le 7 mai 1954, à 17 heures trente, par la chute du camp retranché et la capture des derniers survivants épuisés.
Le destin d'un certain nombre de personnages, à Hanoï et à Diên Biên Phu (à 350 km à vol d'oiseau, dans le Nord-Ouest de la Haute Région du Tonkin), va nous faire vivre l'agonie inéluctable du camp retranché assiégé.



Carte-dien-bien-phu.jpg



Diên Biên Phu est situé prés de la frontière du Laos d'où le Vietminh recevait armes et munitions.
Ho_Chi_Minh_1946_cropped.jpg
Hô Chi Minh (1890-1969): il fut le chef de la rebellion communiste.Intelligent, fourbe, déterminé. Il fut aidé par la duplicité des États-Unis et la Chine de Mao. Après la reconquête par la France de 1946, la guerre d'Indochine débuta pour se terminer en 1954 dans la cuvette de Dien Bien Phu. 




Diên Biên Phu: un camp retranché dans une cuvette...

"Qui contrôle les hauteurs, contrôle le bas..."

Confucius


Shoen-riziere.jpg


Pierre Schoendoerffer y était en tant que cameraman au SCA (Service cinématographique des armées) avec le grade de caporal chef.
La guerre d'Indochine n'a jamais cessé de le hanter: humainement, littérairement, cinématographiquement.
 
Un film qui rend tribut à ses camarades morts dans cet enfer...


Adieu, camarade. «La caméra est au cinéaste ce que le fusil est au soldat : une arme », avait coutume de dire Pierre Schoendoerffer. Cette arme pacifique, il sut la manier comme personne pour montrer, raconter et sublimer les blessures de l’armée française pendant et après les guerres d’Indochine et d’Algérie : La 317e Section, Le Crabe-Tambour, L’Honneur d’un capitaine, Diên Biên Phu…

Mort à 83ans, le cinéaste et écrivain a été enterré lundi au terme d’une cérémonie dans la cour d’honneur des Invalides présidée par le Premier ministre, François Fillon. Un 19 mars.

Quarante huit ans plus tôt, il sautait en parachute dans la cuvette de Diên Biên Phu pour filmer, caméra à l’épaule, l’ultime et héroïque geste du corps expéditionnaire français en Indochine. Un 19 mars…

 
dien-bien-phu.jpeg

Diên Biên Phu est un film d'honneur et de sacrifice.
Schoendoerffer a toujours montré la guerre du point de vue de ceux qui la font et qui se font tuer.


Dans ce film, la guerre est vécue à hauteur d'hommes: les soldats encerclés qui refusent l'inéluctable, sous l'œoeil sarcastique d'un journaliste américain:
Donald Pleasance



IndochineConqueteGF.gif


Carte générale de l'Indochine: le roi Louis XVI avait su maintenir de bonnes relations avec ses Etats du sud-est asiatique reconnaissant le haut niveau de civilisation de ces peuples. Puis, après la Révolution et l'accession au pouvoir de la grande bourgeoisie d'affaires l'agressivité coloniale augmente en puissance, en concurrence avec l'Empire britannique. Depuis le Second Empire puis la IIIe  République, la France se taille un Empire colonial en Asie.



L'Etat Major avait pourtant cru choisir l'endroit idéal pour en finir avec l'armée de Giap.

Galard-indo.jpg 
Les médecins et les infirmiers payèrent un lourd tribut pour sauver leurs frères d'armes...
Une-femme-a-Dien-bien-phu.jpg
Geneviève de Galard Terraube, née à Paris le 13 avril 1925, est une infirmière militaire française qui, durant la guerre d’Indochine, fut surnommée « l’ange de Dien Bien Phu ».


En cinquante six jours de combat, l'élite de l'armée française fut anéantie sous les coups de boutoir des divisions du général Giap.
Seize mille soldats de l'Union française furent écrasés par cinquante mille Vietminhs qu'assistaient cinquante mille coolies; ces derniers montèrent vivres, armes et munitions à pied et sur le dos, acheminés de la frontière à bicyclette
.





Le tournage n'a pas eu lieu sur le site même de Diên Biên Phu, devenu méconnaissable, mais à Xuan Mai, à cinquante kilomètres de Hanoï, dans une cuvette similaire reconstituée d'après les plans du colonel Allaire, qui était lieutenant au 6è Bataillon de Parachutistes coloniaux à Diên Biên Phu.

 


Diên Biên Phu est un film français coproduit par le Vietnam.
Les dirigeants du pays ont lu le scénario qui porte un regard exclusivement français sur la bataille. Et s'ils ont accepté de participer au film, c'est que le comportement de leurs adversaires français de l'époque a suscité leur respect.
Le Gouvernement vietnamien a fourni la figuration pour les scènes de l'assaut final: cinq mille soldats viets qui n'en revenaient pas de voir des paras français sauter sur leur pays...

Coïncidence:
Nguyen Thu, le directeur de la cinématographie à Hanoï, qui coordonnait la participation vietnamienne, était cameraman officiel de l'Armée populaire à Diên Biên Phu; le confrère de Schoendoerffer en quelque sorte...

"Ancien du corps expéditionnaire, je suis attaché à jamais à ce peuple par l'estime, la reconnaissance et le regret.
La terre d'Indochine colle encore à mon âme comme la boue des tranchées collait à mes bottes de saut".
 

Pierre Schoendoerffer










Dans son film, Schoendoerffer ne dénonce pas l'horreur et l'absurdité de la guerre. Il ne s'agit pas de faire le procès des responsables militaires.aucun des grands chefs ne figure dans le scénario. On ne voit ni Castries, ni Navarre, ni Bigeard.
Pour Schoendoerffer, Diên Biên Phu est avant tout une bataille de lieutenants et de capitaines.
Son film demeure une dans une vision sobre, juste et fraternelle de ce que fut le sacrifice de ces volontaires français en Indochine.
 
 
Bigeard: grande bravoure, grand coeur, grande gueule; l'archétype du soldat français.




dien-para.jpg




"HONNEUR ET FIDÉLITÉ"

 


 

   
Colonies françaises


Le Second Empire puis les seconde, troisième et quatrième Républiques encouragèrent l'oeuvre civilisatrice de la France aux quatre coins du monde, envoyant militaires, civils, fonctionnaires pour la grandeur d'un Empire qui devait concurrencer celui de la Grande-Bretagne et faire rayonner partout les idéaux de la Révolution française...

colonies-affiche.jpg

Indochine-relief.jpg
vu_cao_dam_-_jeunes_femmes_prenant_le_the.jpg
Indo-Asie-_Mung_Noir_buffle_4-400x300.jpg
vietnamienne.jpg


L'Indochine fut la perle de l'Empire colonial français.




Dien Bien Phu 27mars54

Un para à Diên Biên Phu:
Dans cette "fosse aux lions", selon l'expression d'un correspondant de guerre, les Français se battirent jusqu'à la dernière cartouche.
Peut-être la dernière...

dien bien phu avion
Dien affiche

Dien Bien Phu retour prisonnier
Retour de l'enfer...

Sur les 15 000 et quelques soldats ayant participé à un moment ou à un autre à la bataille de Dien Bien Phu, le Vietminh fera environ onze mille prisonniers...
Cinq mille sont blessés, dont trois mille cinq cents grièvement.
Dans un geste destiné à l'opinion publique internationale, il va en libérer  moins de mille. Les autres, parfois moribonds ou incapables de marcher, vont être contraints de parcourir des centaines de kilomètres dans la jungle jusqu'à des mouroirs baptisés "hôpitaux" ou jusqu'à des camps de lente extermination.
Affamés, atteints de dysenterie ou de paludisme et de toutes les maladies endémiques tropicales, sans soins ni médicaments, des milliers d'entre eux vont mourir dans des conditions inhumaines.
Cette captivité meurtrière  va entraîner quatre fois plus de pertes que la bataille proprement dite.
Les accords de Genève sauveront les survivants. Mais ce sont souvent des squelettes hagards que le Vietminh rendra.
Des dizaines mourront encore dans les hôpitaux.
Beaucoup en garderont des séquelles toute leur vie...
Georges-Boudarel.JPG

la vie "exemplaire" du professeur Georges BOUDAREL

 

Georges BOUDAREL est né à Saint Etienne en 1926, chez les Pères Maristes élève studieux et doué, il rentre dans les ordres, à la veille de la prétrise il quitte le séminaire et adhère au Parti Communiste.

Il part pour l'Indochine en 1948, envoyé par le Bureau colonial du PC, il maintient le contact grâce au Groupe culturel marxiste, antenne du PC à Saïgon, parmi les membres du Groupe, un certain Jean CHESNEAUX, arrêté en septembre 1947, sa voiture chargée de tracts vietminh. Il exerce comme professeur d'Histoire et de philosophie au Lycée Pierre et Marie CURIE à Saïgon, il est sursitaire ayant fait des études, il déserte en 1949 pour rejoindre le Vietminh au Nord Tonkin où il est nommé Commissaire Politique Adjoint, celui qui fait la sale besogne, chargé du lavage de cerveau des prisonniers militaires Français du Corps expéditionnaire au fameux Camp 113, son surnom viet est "Dai Dông", dans ce camp il faut savoir que le taux de mortalité est de 85%, bien plus élevé que dans les camps nazis.

 

En 1964, BOUDAREL, quitte "clandestinement le Vietnam (il est condamné à mort au Vietnam pour insoumission et désertion, refusant les réformes agraires) pour Moscou où il prend le nom de "Boris"....., puis Prague où jusqu'en 1967 il exerce ses talents d'apparatchick communiste dans une filiale du Kominform, la Fédération syndicale Mondiale (FSM).

Revenu en France, où il est condamné à mort par contumace depuis sa désertion en 1949, il profite de la Loi d'amnistie de 1966, grâce à des amis députés communistes un alinéa en faveur de gens comme lui qui ont déserté en Indo est glissé dans le texte de Loi l'absolvant à jamais des ignominies commises, en plus il obtient le rétablissement de ses droits universitaires avec l'aide du Parti Communiste Français et des syndicats de l'Education nationale.

Il intègre même le CNRS, où sans renier ses engagements de jeunesse et protégé par ses "honorables" collègues et prévalant de sa connaissance du Vietnam, il acquiert les droits à la retraite universitaire qu'il améliore par de juteuses conférences sur le Vietnam !

 

Il est dévoilé au Sénat le 13 fevrier 1991, lors d'un colloque sur le Vietnam , BOUDAREL figure parmi les intervenants, c'est alors que Jean Jacques BEUCLER, prend le micro ........................

 

mais tout d'abord quelques précisions sur Jean Jacques BEUCLER, qui va déclencher cette fameuse "Affaire BOUDAREL",né en 1923 à Trèves (Allemagne), fils de Général, il sort Aspirant de Cherchell major de la Promo "1941-42", Campagne d'Italie comme Aspirant au 5è RTM, Allemagne, puis 1949 c'est l'Indo comme Lieutenant au 5è Goum du 3è Tabor Marocain, et sur la funeste RC4 (Route Coloniale N°4 qui rase la frontière de Chine) à Cao Bang il est fait prisonnier après avoir été grièvement blessé, il restera 4 ans dans les geôles Vietminh, 4 ans durant lesquels il a parcouru à pieds 30 000 km et absorbé 2 tonnes de riz ! 3 fois blessé, 5 fois cité dont 2 à l'ordre de l'Armée, Chevalier de la Légion d'Honneur à 27 ans, Croix de guerre 39/45 et TOE et pensionné militaire à 100%. Ensuite il quitte l'Armée avec le grade de capitaine, industriel pendant 23 ans, il relève une petite usine métallurgique, milite au sein du "Centre des Jeunes Patrons", puis laisse son entreprise et entre en politique, centriste, comme maire, député et Secrétaire d'état sous GISCARD, Homme droit, s'occupe ensuite du milieu associatif des anciens combattants comme Délégué général du"Comité d'entente des Anciens d'Indochine", il est décédé il y a quelques années, j'ai eu l'occasion, il y a une quinzaine d'années d'assister à l'une de ces conférences sur "l'Affaire BOUDAREL", je garde de lui l'image d'un Homme droit qui prit le risque de préfacer le livre de Roger HOLLEINDRE (Président du CNC) "Des Pavillons noirs à Dien Bien Phu", refusant tout amalgame et discrimination politiques dans le milieu associatif des Anciens combattants, c'était trés courageux de sa part et le signe d'une rare honnêteté intelctuelle !

 

  Beucler.jpg

Lieutenant Jean Jacques BEUCLER - Nord Tonkin 1950

Sur ce voici ce que je qualifirai de son exploit :

En 1986, un certain colonel retiré à Nice, le Colonel MITJAVILLE, révélait à J.J. BEUCLER qu'il avait été interné pendant la Guerre d'Indochine dans un camp viet dirigé par un français déserteur ralié à l'ennemi, et du fait qu'il était officier il avait particulièrement souffert des sévices de ce personnage !

33 ans après, il venait d'apprendre qu'un maître assistant à l'Université PARIS VII portait les même noms et prénoms et se spécialisait sur le Vietnam, la coïncidence était troublante, MITJAVILLE se propposait de démasquer son ancien boureau, quand il décède des suites lointaines de sa captivité. Peu avant sa mort, Mr BEUCLER lui promet de continuer les recherches et en Janvier 1991, il apprend incidemment que parmi les intervenants dans un colloque sur "l'actualité vietnamienne", le 13 fevrier 1991 au Sénat, figure un professeur du même nom.

BEUCLER s'y rend donc avec quelques camarades de captivité, il n'a pas de plan précis, ils ne sont même pas certains qu'il s'agisse du même homme.

Ils s'installent en bordure d'une travée et à proximité d'un micro, l'humour s'en mêle quand le Président de séance s'approche de BEUCLER: 

"Monsieur le Ministre, j'apprends votre présence et j'en suis fort heureux, je sais que vous vous intéressez à l'Indochine..."

Pour éviter de le transformer en complice volontaire, BEUCLER ne lui parle pas de la vraie raison de sa venue, il lui signale seulement qu'il va peut être demander la parole.

Par la suite le président a du regretter cette extrême affabilité !

La Salle CLEMENCEAU est pleine, l'ambiance est feutrée, BEUCLER est à l'affût, le coeur battant.

Après deux exposés intéressants, au moment où leur cible s'apprête à prendre la parole, BEUCLER se précipite sur un micro et déclare à l'assistance un peu surprise :

"J'ai une communication importante à vous faire, ou plutôt une mission à remplir, je demeurerai calme par respect pour le Sénat, permettez moi de me présenter : je m'appelle Jean Jacques BEUCLER, j'ai été député pendant 13 ans, Secrétaire d'Etat à la Défense en 1977 et 1978, mais surtout j'ai subi les camps prisonniers de guerre du Vietnam pendant 4 années de 1950 à 1954, c'est une experience que je ne souhaite à personne....Il est utile de rappeller que le taux de mortalité y fut tel qu'à peine un captif sur trois est rentré..."

Il relate ensuite le découverte de MITJAVILLE et s'adresse au conférencier :

"Son tortionnaire s'appelait comme vous Georges BOUDAREL, alors je vous pose 3 questions :

-Etiez vous en Indochine entre 1950 et 1954 ?

-Avez vous déserté pour rejoindre le Vietminh ?

-Sévissiez vous au Camps 122 ?

 

Un silence de mort règne sur l'assistance, chacun retient son souffle.

L'interpellé a pris un tein cadavérique, avant de se ressaisir :

"Je n'ai jamais été au Camps 122, j'étais au Camp 113."

Il se lance ensuite dans un long récit sur la situation des prisonniers de guerre, il en ressort qu'il s'agit bien du même homme.

-" Vous êtes donc un individu qui a trahi son pays pour se mettre volontairement, au service de l'ennemi et qui a spécialement maltraité ses compatriotes sur le plan materiel et sur le plan moral, puisque vous bénéficiez sans doute d'une amnistie collective, nous ne pouvons pas vous poursuivre en justice, mais nous tenons à vous dire publiquement, en mémoire des Morts pour la France en Indochine, que nous éprouvons à votre égard, le plus profond mépris, il faut que l'assistance sache à quel ignoble bonhomme elle a affaire, vous êtes un criminel de guerre.

Vous avez du sang sur les mains, votre présence à la tribune du Sénat est indécente. "

 

Puis BEUCLER sort dignement suivi de la vingtaine de rescapés des camps qui l'avaient accompagné, ils se retrouvent dans les vestiaires, heureux d'avoir rempli leur mission.

Il parait qu'ensuite BOUDAREL a commencé son exposé et que quelqu'un lui a posé cette question :

"Est ce vrai ce qu'a dit Mr BEUCLER ? Vous serviez comme commissaire politique dans un camp de prisonnier du Vietminh ?

"Je n'étais pas commissaire-politique, mais commissaire-politique-adjoint" répond BOUDAREL.

"Eh bien Monsieur nous ne sommes pas venu écouter un commissaire- politique, même adjoint, veuillez donc quitter la salle."

 

Et BOUDAREL de sortir sous les Huées.........

Plus tard l'un de ses collègues de PARIS VII fait irruption pour manifester son indignation, il fut sorti manu militari par la Garde du Sénat, Général en tête.

(sujet complaisament prété)

 

 

 

_________________

Aokas

14ème RCP - 9ème RCP

AFN

194658

 

 

 





Ton-That-Phu-Si.jpg
Poème de Ton Thàt Phù Si

Avril, maman tu me manques

 

 

 

Je reste là, sur ce côté de la rivière.

 

Maman tu te caches, apeurée, de l’autre côté derrière la forêt,

 

L’eau de la rivière emporte notre amour au loin,

 

Les feuilles de la forêt chuchotent, mes yeux sont remplis de larmes...

 

 

 

Quelque part du village, le coq chante l’après-midi,

 

Les marguerites jaunes s’épanouissent hors saison...

 

En avril, elle attend au seuil de la porte.

 

Que le chemin de mon retour s'égare au claire de lune...

 

 

 

Tu me manques tellement maman, tu es si loin!

 

Depuis la fin de la guerre sur notre pays

 

Je vis discrètement comme les herbes sauvages.

 

Le long de la rivière est paisible sans vague...

 

 

 

Un jour, je rentrerais voir le village natal de maman.

 

Une question à un séquoia centenaire au bout du village:

 

Y avait-il une personne qui m’attendait chaque fin d’après-midi?

 

Et les cigognes déploient leurs ailes dans une vague ensoleillante de mélancolie...

 

 

 

Depuis ce mois d’avril noir de l’année dernière,

 

Mes larmes deviennent la rivière et créent une vague souterraine,

 

Chaque nuit je ne dors pas

 

J’appelle maman en murmurant du plus profond de mon cœur...

 

 

 

 

Dịch : Traduit par Dominique TRAN

 


Partager cet article

Repost 0
landeaulouis - dans FRANCE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Ciel, la Terre, l'Eau et le Feu
  • Le Ciel, la Terre, l'Eau et le Feu
  • : Critiques de films dits historiques ou sur la biodiversité, avec informations supplémentaires, parfois dérangeantes. Un autre regard, pas toujours consensuel...
  • Contact

Profil

  • Louis
  • Histoire, géographie, philosophie,cinéma, protection de la biodiversité ...sont mes passions.
Mes critiques se veulent sans concession à ce que la philosophe Chantal Delsol nomme: "La tentation du consensus"
  • Histoire, géographie, philosophie,cinéma, protection de la biodiversité ...sont mes passions. Mes critiques se veulent sans concession à ce que la philosophe Chantal Delsol nomme: "La tentation du consensus"

Louis

Cavalier.jpg

Recherche

Texte Libre

cosmos 151%20VIE%20COSMOS%2017ANNEESLUMIERES%20HUBBLES

Archives -2007-2013-

Texte Libre

Vagues sur rochers

Articles Récents

  • CHURCHILL
    Synopsis : Juin 1944. Découvrez le rôle déterminant de Winston Churchill dans cette fiction qui se situe 48 heures avant le débarquement des troupes alliées sur les plages de Normandie. Winston Churchill (1874-1965) fut aux Britanniques ce que fut le...
  • LES SAISONS
    ~~Il y a 12 000 ans, la planète connaît un réchauffement brutal qui met fin à la dernière ère glaciaire et change radicalement la physionomie du continent européen. La forêt s'installe et permet à de multiples espèces animales de se développer. Les hommes...
  • MY WEEK WITH MARILYN
    ~~À Londres en 1956: Sir Laurence Olivier se prépare à réaliser un film. Le jeune Colin Clark, enthousiaste étudiant de cinéma, veut être impliqué et manœuvre pour obtenir un emploi : il parvient à être embauché comme troisième assistant réalisateur sur...
  • THE READER
    THE READER ~~The Reader (Le Liseur au Québec et au Nouveau-Brunswick) est un film américain de Stephen Daldry, adapté du best-seller Der Vorleser (titre français Le Liseur) de l'auteur allemand Bernhard Schlink. Il est sorti aux États-Unis le 10 décembre...
  • UNBROKEN (Invincible)
    Louis Zempirini, jeune athlète à l'Université: encore un père à convaincre.... Date de sortie au Québec 25 décembre 2014 Louis Zamperini était un enfant délinquant quand son grand frère l'a pris sous son aile et l'a convaincu de rejoindre l'équipe d'athlétisme....
  • NATURE
    ~~Pour les amoureux de la nature, les curieux et les explorateurs, un documentaire époustouflant va sortir à la fin du mois : NATURE raconté par Lambert Wilson. meltyDiscovery vous en dit plus sur ce nouveau film NATURE vous emmène dans un voyage étonnant...
  • HERCULE
    ~~Mi-homme mi-légende, Hercule prend la tête d’un groupe de mercenaires pour mettre un terme à la sanglante guerre civile qui sévit au royaume de Thrace et replacer le roi légitime sur le trône. Âme tourmentée depuis la naissance, Hercule a la force d’un...
  • DANSE AVEC LES LOUPS
    ~~Danse avec les loups (Dances with Wolves) est un film américain réalisé par Kevin Costner en 1990. Il s'agit d'une adaptation du roman éponyme écrit en 1988 par Michael Blake. C'est un des films les plus récompensés de l'histoire du cinéma pour un réalisateur...
  • LES SEPT MERCENAIRES
    ~~Les Sept Mercenaires (The Magnificent Seven) est un western de John Sturges sorti en 1960. Le film est grandement inspiré du film japonais Les Sept Samouraïs réalisé par Akira Kurosawa en 1954. ~~Distribution: Yul Brynner (VF : Georges Aminel) : Chris...
  • CRISTEROS
    ~~En 1926, un soulèvement populaire secoue le Mexique suite aux lois farouchement anticléricales du président Callès , un Franc-maçon, qui interdisent toutes pratiques religieuses publiques dans l’ensemble d'un pays majoritairement catholique. Face à...

Beautes Menacees

Texte Libre

arbre ecorcarbres-insolites-autres-arbres-france-6714593769

Texte Libre

Feu.jpg