Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 05:38

LÉpervier


France Télévisions

 

 

Dans le royaume de France, en Bretagne, au début du règne de Louis XV...

 armoiries-bretagne-blason-10.jpg


 

Armoiries de Bretagne

 

France--epervier-1er-cycle-BD-couverture.jpg

 

 

 

Oyez l'histoire de Yann ( Aurélien Wiik), simple fils du régisseur du château de Kermellec, planté sur les côtes bretonnes... 

 

Tombé amoureux d'Agnès (Fanny Valette), la fille du comte, il aimerait s'enfuir avec elle mais son père le force à s'engager dans la Marine. Il rentre au pays dix ans plus tard, auréolé de ses faits d'armes et corsaire du roi, à bord de la Méduse. Tout le monde le surnomme «Ar Sparfell», l'Épervier. Craint et respecté, le jeune homme retrouve Agnès, hélas mariée à l'ignoble comte de Villeneuve, et se voit accusé du meurtre du père de sa belle...

Pourchassé par le marquis de La Motte (drôlissime Martin Lamotte), commissaire de police véreux affublé d'un perroquet bavard, Yann croise la route de Marion (Lou Doillon), jeune prostituée brestoise qui tombe amoureuse du beau corsaire.

«Je croyais ma série pas du tout adaptable à l'écran : trop de bateaux, trop de personnages...», explique Patrice Pellerin, amusé de voir autour de lui, sur cette péniche parisienne où se déroulent les interviews, ses personnages en chair et en os. Et fier que le réalisateur Stéphane Clavier (qui achève en ce moment la suite de «Doc Martin», toujours en Bretagne) ait pu tourner toute une partie des scènes au coeur de la Bretagne, entre Fort-La-Latte, la pointe de Crozon et Locronan, pour le rendu historique de la ville de Brest.
Les plans des Antilles ont été, eux, tournés sur l'île de Porquerolles (Var). «J'ai lâché mon bébé, mais l'équipe est restée dans le droit fil de la BD», se réjouit le dessinateur qui est passé voir le tournage en spectateur, et s'apprête à sortir un nouveau tome des aventures de son héros.



France-epervier-20110608-j125r_298x224.jpg

Les cheveux aussi longs que celui de son personnage, Aurélien Wiik, 29 ans, a appris à manier l'épée et à monter à cheval pour les besoins du rôle.

 

«Au-delà de ça, j'ai tenté de ramener de la virilité dans le personnage de Yann, qui en manquait un peu, et de lui donner l'apparence la plus éloignée possible de celle de Jack Sparrow, le héros de "Pirates des Caraïbes", très "hippy clodo"», souligne le jeune comédien, installé à Los Angeles.

 

France-image_vignette_dossier_small.jpg

"Ar sparfell" .Tête dure de Breton.

L'Épervier : aux yeux des uns, il est Yann de Kermeur, noble Chevalier breton au passé obscur. Pour les autres, c'est L'Épervier, corsaire prestigieux du Roi de France et ancien pirate.Les corsaires sont habilités à attaquer en temps de guerre les navires marchands ennemis; ils sont munis d'une "Lettre de course", signée par le roi. Il s'agit de contrarier le commerce maritime des puissances rivales,très dynamiques à cette époque.En particulier l'Angleterre. S'ils sont capturés, les corsaires ne sont pas  immédiatement pendus haut & court, contrairement aux pirates qui travaillent à leur compte et sont considérés, à juste titre, comme de vils criminels.

 Pour tous, l'Épervier est redoutable. Mais accusé à tort du meurtre du père de celle qu'il aime, il se retrouve, seul, face à la haine de ses accusateurs.L'Épervier devra déployer ses ailes pour prouver à la fois son innocence, reconquérir la femme qu'il aime et entraîner ses adversaires sur son terrain de prédilection : l'océan et ses fureurs...

 

Carte-Bretagne-20par-20Cassini_1.jpg

 

  Carte des pays de Bretagne dessinée par Monsieur Cassini, cartographe du roy. (milieu du 18e siècle)

 

 

Bien sûr, il y a les costumes, les décors, les duels à l'épée , la mer et les navires. Mais cela ne suffit pas: il manque l'esprit. Cet esprit du 18 ème siècle, apogée de la civilisation française, caractérisée par la langue.  La belle langue française  était parlée partout en Europe par les gens bien éduqué. Dans cette série, rien de cela: la diction, les intonations des acteurs et des actrices sont déplorables.Ils parlent comme aujourd'hui, utilisant des expressions actuelles, sans doute pour ne pas confondre nos contemporains. Du coup, on est en 2011.

Comparativement à la série des Nicolas le Floch, on est trois niveaux en-dessous. Les scénaristes ont su introduire dans cette série qui se déroule aussi au 18ème siècle, quelques expressions et tournures de phrases qui fleurent bon l'ancienne France, que ce soit dans la haute société ou le bas peuple.

Et puis, bien entendu, nous avons droit à tous les poncifs, préjugés et autres clichés,toujours bien accrochés: les nobles sont des affreux, en particulier le procureur du roi...Comme si la monarchie française n'avait jamais su s'entourer de serviteurs de l'État vertueux.

Le lavage de cerveau républicain est toujours à l'oeuvre avec son nivellement par le bas. C'est plus rapide et moins fatigant que d'élever. Pourtant, lorsqu'on visionne des séries télévisées du même type tournées il y a vingt, trente ans ou plus, sans davantage de moyens financiers et techniques, le contraste est saisissant. Sans doute le public était-il plus exigeant; les comédiens avaient à cette époque une formation des plus solides, en étant passés par le théâtre; quant aux  directeurs des programmes, ils avaient indéniablement plus d'ambition, donc de courage, pour le public. 


 

 

 

 

 

 

 

 France-l-epervier.jpg

 

Voguons vers de nouvelles aventures!

 

 

La terre & l'eau;

Lorsqu'ils parlaient de la Gaule, les vieux géographes se plaisaient à énumérer tous les dons que la nature lui a prodigués: un climat modéré, un sol propre à toutes sortes de cultures, des montagnes creusées de profondes vallées, un réseau ramifié de fleuves et de rivières conduisant, presque sans coupures, de la mer intérieure à l'océan.

Dans le signalement de la France, c'est le trait essentiel. Tandis qu'à l'est, vers l'Allemagne et la Russie, l'ancien monde s'étale en un continent compact, ses rivages, en France, se rapprochent, convergent presque, de façon à dessiner une sorte de pont entre la Méditerranée et l'Océan. La France est une contrée sise au rapprochement de deux mers et les voies de pénétration y sont si aisées, si continues, que l'on est tenté d'y voir, comme Strabon, l'effet  d'une prévision intelligente.

Mais ces avantages ont aussi des inconvénients...

 

  armoiries bretagne-blason-10

A demi maritime et à demi continentale , la France est sollicitée de toutes parts par des ambitions et des nécessités qui s'opposent. Elle adhère par un large front à l'Europe centrale; elle s'incorpore à la  masse continentale, comme une statue engagée dans le marbre; elle est exposée à tous les remous qui agitent sans trêve le monde germanique. Des Ardennes à Dunkerque, la plaine s'ouvre  aux invasions. Vingt fois, cent fois, l'ennemi est passé par là...  

 

Il faut y insister,: c'est sur terre que la France a joué son existence. Fermer à l'envahisseur le chemin de Paris, tel a été le premier principe de sa politique. Il n'en reste pas moins que la nature l'a voulue aussi maritime que terrienne.

 

 

La mer fait vivre sur ses côtes une nombreuse population de pêcheurs, de marins, d'armateurs, de manufacturiers, de corsaires et de négociants. Les grands ports, Marseille, Nantes, Bordeaux, ont cette animation, cette couleur, ce caractère cosmopolite, cet air d'opulence et de grandeur qui étonnent le paysan de l'intérieur, habitué aux horizons étroits et à une vie silencieuse. Marseille accapare le commerce du Levant; sur ses quais et ses entrepôts, s'entassent les tapis, les soies, les mousselines, les toiles peintes, les vins de Chypre, les laques, les peaux, les blés, le riz et les liqueurs. Bordeaux et Nantes ont le monopole des denrées coloniales: épices, café, indigo, sucre, vanille, tabac...Dunkerque importe les bois du Nord, les eaux-de-vie, le poisson séché et fumé...

 

 

Carte-Nantes-18e.jpg

 

 

 

Que l'on ne se représente pas cette France royale repliée sur elle-même,attardée et vivant paisiblement de son sol, ne demandant à l'étranger que les produits de luxe ou les denrées exotiques. L'ancienne industrie  travaillant pour un marché limité, dont les besoins lui étaient connus d'avance, n'étaient que faiblement exposée aux risques de surproduction. Mais déjà, sous Louis Quinze, dit le Bien-aimé , dans ce monde économique d'une relative stabilité, l'industrie drapière forme "un élément dynamique, révolutionnaire".Par la complexité et l'importance de son outillage, par la multiplicité de ses opérations, elle est une industrie à production massive et continue. Elle ne peut se contenter du marché local, ni même des marchés voisins. Elle travaille pour l'incertain.La recherche des débouchés s'impose à elle sous peine de déchéance.Que le pavillon français recule  dans les échelles du Levant, les métiers s'arrêteront à Carcassonne, à Castres et à Mazamet! Réciproquement, si la France ne réussit pas à s'assurer en Amérique le coton dont elle a besoin, c'est à Rouen, à Amiens et à Orléans que les fabriques ferment et que les ouvriers chôment.Circonstance aggravante: "le pacte colonial" réserve à chaque pays le monopole du trafic dans ses possessions. C'est en 1763 seulement que le ministre principal, Choiseul ,autorise les Antilles à s'approvisionner de poisson séché en Amérique au lieu de l'acheter en France. Et cette dérogation est à peu prés unique.

Armoiries-France-royale.jpg

Armes royales de France

Bon gré,mal gré, le royaume est contraint de mener en même temps une politique de frontières pour assurer sa sécurité, donc souveraineté, et une politique d'expansion  pour assurer son rayonnement économique donc, culturel; une politique terrienne et une politique maritime.Car la France a sur mers et sur terres, au'-delà des mers, une concurrente, une rivale de taille, une adversaire farouche, une 'ennemie mortelle: "la perfide Albion", la puissante Angleterre. Sa vocation industrielle est affirmée depuis qu'elle a vaincu l'Espagne à la fin du 17ème siècle et le règne de la redoutable Élisabeth 1ère.

 

trois-mats-DSC_3035.jpg

Le machinisme naît en Angleterre en avance sur toute l'Europe...

Tandis que l'évolution économique  se fait en France moins brutalement, plutôt dans le sens de la complexité, elle pousse l'Angleterre à l'unification des intérêts. La vie du pays tout entier est suspendue désormais à sa prospérité maritime. Sa prospérité est inscrite dans le livre de ses marchands. Elle s'impose à tous avec une  évidence massive qui ne laisse plus place à l'hésitation, ni au scrupule. Ayant sacrifié son agriculture à son industrie, équipé ses fabriques pour une production qu'elle ne peut absorber, construit des vaisseaux pour un trafic qu'elle ne peut soutenir, l'Angleterre est contrainte de chercher des terres nouvelles et des populations fraîches. Si d'autres puissances entendent lui disputer les océans et fermer à ses courtiers leurs propres colonies, elle n'aura qu'un seul but: enfoncer les barrières à coups de canon et s'emparer par la guerre des possessions d'autrui.

 

 

Angleterre-armada-gravelines.jpg

Combat naval de Gravelines entre l'Espagne et l'Angleterre.: Dés la fin du 16e siècle, la flotte anglaise s'assure la suprématie sur les mers.

 Contrairement à la France, l'Angleterre est commerçante et guerrière. Selon une logique implacable: pour Londres,  le commerce conduit naturellement à la guerre et la guerre nourrit le commerce...Tandis qu'épuisés par leurs guerres contre la France, les Pays-Bas s'enfoncent dans le déclin, l'Angleterre revendique pour elle seule l'empire des mers, la maîtrise des détroits, le contrôle des routes océaniques. A mesure qu'elle devient une nation  de plus en plus commerçante, l'Angleterre devient une nation de plus en plus guerrière... Depuis 1688, la guerre avec la France devient la règle. "La perfide Albion" ne cesse d'être à la tête de tous nos ennemis. La persistance de cette rivalité échappe trop souvent aux Français.La suprématie coloniale, maritime et commerciale fut l'enjeu de cette seconde guerre de Cent Ans. Mais, tandis que l'Angleterre menait la bataille avec la claire vision du but à atteindre, la volonté de vaincre à tout prix, le consentement unanime de la nation, la France, victime de sa nature amphibie, était constamment obligée de partager ses forces, de faire front à la fois sur terre et sur mer, sans que l'opinion incertaine parvînt à se fixer et à prendre conscience de ses intérêts. 

NavireDeGuerreTroisMats.JPG

Navire de guerre trois mats.

 

 

 

Dans cette lutte gigantesque, le règne de Louis XV n'a été qu'un épisode, mais un épisode très chargé en évènements et, à certains égards, décisif. 

Les occasions de conflits se présentaient fort différemment.

 

 

Aux Indes, la colonisation était le fait, non des États, mais de deux compagnies privées. L'anglaise (1599) avait son principal entrepôt à Madras, la française (1604) à Pondichéry. Elles étaient toutes deux plus marchandes que conquérantes, bien plus soucieuses d'échanger des cotonnades que d'annexer des territoires. A l'occasion, elles s'associaient pour une opération limitée et leurs employés entretenaient souvent de bonnes relations personnelles. Mais aprés la mort du Grand Mogol, Aureng-Zeb (1707), l'Inde tomba dans l'anarchie...

 

  Armoiries-Cie-Indes.jpg

Armoiries de la compagnie des Indes

Les gouverneurs anglais restèrent inertes tandis que les gouverneurs de la compagnie française eurent l'idée de mettre à profit les querelles des princes indigènes, d'abord pour se rendre totalement indépendants, ensuite pour leur arracher des concessions, des privilèges et des biens fonciers. Mais ce ne fut pas une règle. De Paris, le conseil d'administration multipliait les avis de prudence et recommandait de fuir les aventures coûteuses et tous les comportements  qui pourraient irrémédiablement discréditer les Français. En conséquence, ces derniers devinrent des partenaires privilégiés des princes locaux: Dumas, gouverneur de Pondichéry se fit admettre dans la hiérarchie des princes , reçut d'un successeur d'Aureng-Zeb le titre de nabab et, fait extraordinaire, le droit de battre monnaie. C'était un acheminement vers le protectorat. Lorsque Dupleix (1697-1763) succéda à Dumas (1741), les deux compagnies continuaient à trafiquer en paix.

 

 

  carte colies frnaçaises & anglaises au Traité Paris 1763

 

 

 

  En Amérique, la situation était tout autre.

Sur les bords du Saint-Laurent, la France, depuis Richelieu mort en 1642, avait établi une véritable colonie, un morceau d'elle-même, un prolongement de la terre-patrie. Par le recrutement de sa population autant que par son régime administratif, le Canada était bien une province du royaume. Les philosophes, toujours prompt à critiquer, représenteront le Canada comme "un ramassis de filles malades et d'anciens galériens". Vile calomnie de soi-disant savants qui parlent sans savoir mais sont de plus en plus écoutés!   A contrario, c'est faire un honneur excessif aux colons anglais que de les représenter tous comme des victimes de la répression religieuse et/ou politique en fuyant leur ingrat patrie... Un historien américain conseillait à ses compatriotes épris de généalogies lointaines de commencer leurs recherches par les greffes des prisons anglaises...La boutade n'est point sans fondement.

Inquiet, le gouvernement anglais entrepris systématiquement, de limiter puis de détruire notre expansion coloniale en Amérique. Les Anglais poursuivirent une politique d'empiètements et de chicanes; ils armèrent contre nous leurs alliés indiens, fomentèrent des révoltes parmi nos protégés, essayèrent d'emporter par surprise le fort que nous avions élevé à Niagara, bref, menèrent contre nous, sous le couvert de l'alliance, une guerre incessante d'intrigues, de crimes, d'embûches et de razzias.

carte-louisiane_carte_1744.jpg

 Carte de la Louisiane (1744)

Dernier sujet de conflit avec l'Angleterre: le commerce avec les colonies espagnoles.

L'Espagne possédait un immense domaine: le Mexique, l'Amérique centrale, l'Amérique du Sud tout entière sauf le Brésil. Ces possessions étaient rigoureusement fermées à l'étranger. Seuls les Espagnols pouvaient y pénétrer, y faire du commerce, y exploiter des mines.

Deux fois par an, en janvier et en octobre, partait de Cadix la flotte des galions. Elle faisait voile sur les Antilles, où elle se séparait. Une partie des vaisseaux allaient au Mexique; le reste à Porto-Bello. Là, ils déchargeaient leur cargaison d'objets fabriqués, d'armes, de tissus et de vivres. Ils embarquaient en échange l'or, l'argent, les épices, les pierres précieuses, la quinquina et le bois de campêche (arbre tropical dont la sève est utilisée comme teinture). La concentration se faisait à la Havane et la flotte, chargée de trésors, prenait le chemin du retour. Mais ce trafic, en apparence purement espagnol, était en réalité français pour les quatre cinquièmes. Délabrée et sans industrie, l'Espagne était hors d'état de fournir aux Amériques ce dont elle avait besoin. Presque tout venait de France: la quincaillerie,de St Étienne; les dentelles, du Velay;les bas de soie, de Lyon; les toiles, de Bretagne et de Picardie; les chapeaux, de Paris; les draps et les cotonnades, de Carcassonne et de Rouen. Quoique grevé de droits de douanes très importants, ce commerce, protégé par le monopole, était d'un rapport excellent et d'une importance capitale pour nos manufactures.

  France-marine-Protection_du_commerce.jpgLa protection du commerce maritime passe par l'escorte des convois par la Marine royale mais aussi par les actions fulgurantes des corsaires du roi .

En 1713, l'Angleterre avait, dans ce domaine, porté un préjudice sensible à nos intérêts. Tout d'abord, elle avait arraché à la cour de Madrid, le privilège de la traite. Désormais, elle seule pourrait introduire en Amérique du Sud les nègres africains nécessaires à la culture des plantations. En second lieu, elle était autorisée, pour trente ans, à envoyer chaque année à Porto Bello et à Vera Cruz, en provenance directe de Londres, un vaisseau chargé de marchandises qui n'étaient soumises à aucuns droits.Au terme du traité, le vaisseau de permission devait être de cinq cents tonneaux seulement. En réalité, les Anglais en employaient toujours de huit cents ou de mille.  De plus, au mouillage, le vaisseau recevait constamment de prétendus suppléments de vivres qui n'étaient, en réalité, que de nouveaux chargements de marchandises.Par cette fraude, la cargaison annuelle autorisée par les textes se transformait en un entrepôt permanent et sans cesse ravitaillé. Mais ce commerce ne prospérait qu'aux dépens du nôtre qui, acquittant les taxes, ne pouvait vendre à si bon compte. Et le Trésor espagnol était lui-même frustré des droits qu'il aurait perçus sur un trafic normal...

 

 

 Angleterre-Samuel_Scott_1_Capture-du-galion-espagnol-Nuestr.jpg

  Capture d'un galion espagnol par les Anglais; peinture de Samuel Scott (1702-1772)

 

 

  Tandis que Français & Anglais se heurtaient du St-Laurent au golfe du Mexique, un conflit aigu surgissait entre l'Angleterre & l'Espagne.

Sous l'impulsion du ministre Patino, la cour de Madrid venait de faire un gros effort pour ranimer l'activité du pays. Une flotte avait été construite, des arsenaux relevés, des manufactures ouvertes, des impôts abusifs supprimés, l'administration financière redressée. L'Espagne, plus sûre d'elle-même, songea à tirer un meilleur parti de son immense domaine américain et elle entreprit de mettre fin à la fois au scandale du vaisseau de permission et à la contrebande anglaise qui s'exerçait impunément sur les frontières du Mexique et dans tous les ports voisins des Antilles. Une escadre de gardes-côtes fut désormais chargée de la surveillance des eaux américaines et le vaisseau de permission dut, à son départ de Londres, se munir d'une quantité de papiers -inventaires, certificats, autorisations- que l'ambassade d'Espagne lui délivrait de mauvaise grâce et le plus tard possible. En conséquence des ordres reçus, les douaniers de Philippe V visitèrent les vaisseaux anglais qui longeaient les rivages américains. Plusieurs furent saisis, leur équipage débarqué, leur cargaison détruite ou confisquée.

Piqués au vif, considérant dans leur orgueil de puissance maritime supérieure qu'il s'agissait d'un affront insupportable, venant qui plus est par des papistes,Londres et Bristol s'enflammèrent. Dés la fin de 1737, on n'y entendait parler que de guerre.  De tous les centres commerciaux arrivaient des protestations indignées contre la mollesse du gouvernement; les pétitions pleuvaient à la Chambre des Communes.

 

 

 

 


Les lobbies du commerce maritime anglais ne pouvaient tolérer les concurrences commerciales de l'Espagne et de la France.

En mars 1738, l'opposition produisit tout à coup un capitaine Jenkins, qui se donnait comme martyr de la cause  anglaise. Il raconta aux députés que son bateau avait été arrêté au large de la Jamaïque par un corsaire espagnol. Ses compagnons avaient été mis à la torture et lui-même suspendu à une vergue. Trois fois, il avait failli être pendu. Finalement, les Espagnols s'étaient contentés de lui couper une oreille, en proférant d'abominables injures contre Sa Gracieuse Majesté britannique. 

Le retentissement de cette histoire fut prodigieux; mise en vers & en chansons, elle se répandit dans tout le pays. La campagne belliqueuse continuait avec une violence chaque jour accrue. en vain, le pacifique Premier Ministre Whalpole obtenait-il  de madrid des indemnités pour les marchandises indûement saisies. Les planteurs d'Amérique réclamaient haut & fort la suppression du droit de visite. Face aux pressions, Whalpole fut contraint de déclarer la guerre à l'Espagne le 19 octobre 1739.

Quelle allait être l'attitude de la France?

 

  France-fregate-18e.jpgNavire moderne sous Louis XV.

 

Depuis quelques années, son économie avait fait des progrés considérables. En 1738, Monsieur deVoltaire écrit: " On entend mieux le commerce en France depuis vingt ans qu'on ne l'a connu depuis Pharamond jusqu'à Louis le Quatorzième".

La concurrence grandissante de la France sur Terre & sur mers irrite les Anglais.Selon certains spécialistes, elle est la cause de la dépression industrielle qui avait commencé à se faire sentir dés 1735:

" Les soins qu'ont pris les ministres de France pour le progrés des manufactures et pour ramener tout au bien commun sont surtout remarquables. Des gens élevés dans le commerce et qui auraient tourné toutes les vues de ce côté-là n'auraient su prendre des mesures plus justes et mieux concertées".  

Joshua Gee, in Le commerce & la navigation en Grande Bretagne.

Le cardinal de Fleury, Principal Ministre à Versailles, en dépit des critiques à son encontre, ne se désintéressait ni de la marine, ni des colonies. Il avait fort bien compris que jamais l'Angleterre ne renoncerait de bonne grâce à ses projets d'hégémonie et que tôt ou tard, sous peine de perdre la Nouvelle France, il faudrait reprendre la lutte contre la Perfide Albion.


En août 1740, le cardinal de Fleury expose lui-même le détail de ses intentions: d'abord, maintenir la paix sur le continent. En second lieu, "augmenter notre marine  de plus de vaisseaux que nous pouvons d'ici au printemps prochain, encourager nos armateurs".

Aux Indes & en Louisiane, on se tiendra sur la défensive:

(à suivre...)

 

 

 

 



Partager cet article

Repost 0
landeaulouis - dans FRANCE
commenter cet article

commentaires

PHILI 14/05/2017 23:28

Je ne perçois pas l'intérêt de faire suivre votre critique d'un large plagiat. Vous pouvez expliquer ?

cheap air force shoes 18/07/2011 05:00

Votre titre bienL'EPERVIER
Très bien!!!Je suis très les!!!!!!! Merci de votre cet article! A: je sais que beaucoup de choses

emule 03/07/2011 16:45

excellente critique

Présentation

  • : Le Ciel, la Terre, l'Eau et le Feu
  • Le Ciel, la Terre, l'Eau et le Feu
  • : Critiques de films dits historiques ou sur la biodiversité, avec informations supplémentaires, parfois dérangeantes. Un autre regard, pas toujours consensuel...
  • Contact

Profil

  • Louis
  • Histoire, géographie, philosophie,cinéma, protection de la biodiversité ...sont mes passions.
Mes critiques se veulent sans concession à ce que la philosophe Chantal Delsol nomme: "La tentation du consensus"
  • Histoire, géographie, philosophie,cinéma, protection de la biodiversité ...sont mes passions. Mes critiques se veulent sans concession à ce que la philosophe Chantal Delsol nomme: "La tentation du consensus"

Louis

Cavalier.jpg

Recherche

Texte Libre

cosmos 151%20VIE%20COSMOS%2017ANNEESLUMIERES%20HUBBLES

Archives -2007-2013-

Texte Libre

Vagues sur rochers

Articles Récents

  • CHURCHILL
    Synopsis : Juin 1944. Découvrez le rôle déterminant de Winston Churchill dans cette fiction qui se situe 48 heures avant le débarquement des troupes alliées sur les plages de Normandie. Winston Churchill (1874-1965) fut aux Britanniques ce que fut le...
  • LES SAISONS
    ~~Il y a 12 000 ans, la planète connaît un réchauffement brutal qui met fin à la dernière ère glaciaire et change radicalement la physionomie du continent européen. La forêt s'installe et permet à de multiples espèces animales de se développer. Les hommes...
  • MY WEEK WITH MARILYN
    ~~À Londres en 1956: Sir Laurence Olivier se prépare à réaliser un film. Le jeune Colin Clark, enthousiaste étudiant de cinéma, veut être impliqué et manœuvre pour obtenir un emploi : il parvient à être embauché comme troisième assistant réalisateur sur...
  • THE READER
    THE READER ~~The Reader (Le Liseur au Québec et au Nouveau-Brunswick) est un film américain de Stephen Daldry, adapté du best-seller Der Vorleser (titre français Le Liseur) de l'auteur allemand Bernhard Schlink. Il est sorti aux États-Unis le 10 décembre...
  • UNBROKEN (Invincible)
    Louis Zempirini, jeune athlète à l'Université: encore un père à convaincre.... Date de sortie au Québec 25 décembre 2014 Louis Zamperini était un enfant délinquant quand son grand frère l'a pris sous son aile et l'a convaincu de rejoindre l'équipe d'athlétisme....
  • NATURE
    ~~Pour les amoureux de la nature, les curieux et les explorateurs, un documentaire époustouflant va sortir à la fin du mois : NATURE raconté par Lambert Wilson. meltyDiscovery vous en dit plus sur ce nouveau film NATURE vous emmène dans un voyage étonnant...
  • HERCULE
    ~~Mi-homme mi-légende, Hercule prend la tête d’un groupe de mercenaires pour mettre un terme à la sanglante guerre civile qui sévit au royaume de Thrace et replacer le roi légitime sur le trône. Âme tourmentée depuis la naissance, Hercule a la force d’un...
  • DANSE AVEC LES LOUPS
    ~~Danse avec les loups (Dances with Wolves) est un film américain réalisé par Kevin Costner en 1990. Il s'agit d'une adaptation du roman éponyme écrit en 1988 par Michael Blake. C'est un des films les plus récompensés de l'histoire du cinéma pour un réalisateur...
  • LES SEPT MERCENAIRES
    ~~Les Sept Mercenaires (The Magnificent Seven) est un western de John Sturges sorti en 1960. Le film est grandement inspiré du film japonais Les Sept Samouraïs réalisé par Akira Kurosawa en 1954. ~~Distribution: Yul Brynner (VF : Georges Aminel) : Chris...
  • CRISTEROS
    ~~En 1926, un soulèvement populaire secoue le Mexique suite aux lois farouchement anticléricales du président Callès , un Franc-maçon, qui interdisent toutes pratiques religieuses publiques dans l’ensemble d'un pays majoritairement catholique. Face à...

Beautes Menacees

Texte Libre

arbre ecorcarbres-insolites-autres-arbres-france-6714593769

Texte Libre

Feu.jpg