Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2009 2 28 /07 /juillet /2009 09:01

28 JUILLET 1755

 

 

acadie_large.jpg

 

Carte de l'Acadie en 1757.

 


Commence " Le Grand Dérangement" : les Anglais déportent les colons français d'Acadie afin de s'emparer de l'Amérique du Nord.

A l'origine ce sont les Acadiens. Ils forment un groupe ethnique vivant en Amérique du Nord. Les principaux lieux géographiques dans lesquels on les retrouve sont les provinces canadiennes du Nouveau-Brunswick, de l'Île-du-Prince-Édouard, de la Nouvelle-Écosse, du Québec et dans l'État américain du Maine.

 

Les Acadiens sont en majorité francophones et catholiques. Ils sont descendants des premiers colons européens établis en Acadie à l'époque de la Nouvelle-France. Les ancêtres des Acadiens proviennent principalement de l’ouest de la France.


Après la chute du fort français Beauséjour au printemps de 1755, les autorités britanniques d'Halifax mirent officiellement en branle leur projet de déportation de la population francophone d'Acadie. Les autorités interdirent d'abord aux habitants l'usage d'armes et d'embarcations. Mais c'est en septembre 1755 que le véritable cauchemar commença. Le 5 du mois, le lieutenant-colonel John Winslow réunit les hommes de la région dans la petite église de Grand-Pré pour leur lire l'édit de la déportation. Les pauvres paysans apprirent avec horreur que «Son Excellence le gouverneur Lawrence» était dès lors autorisé par Londres de confisquer "vos terres, vos maisons, votre bétail et vos troupeaux de toutes sortes (…) avec tous vos autres effets, excepté votre argent et vos mobiliers, et que vous-mêmes vous devez être transportés hors de cette province." Dans la réalité l'argent et les mobiliers sont également confisqués.

 

 acadie_dergmt1.jpg

 

Les Anglais mettent ainsi à execution les plans d'un véritable nettoyage ethnique.

Lawrence : "Vous devez faire tous les efforts possibles pour réduire à la famine ceux qui tenteront de s'enfuir dans les bois."

 

Les soldats anglais les entassent de force sur des bateaux pendant que la garnison britannique s'affaire à brûler leurs maisons et leurs granges. Les amants sont séparés, les familles déchirées. Plusieurs navires coulent emportant avec eux leurs passagers. Les survivants seront par la suite dispersés et abandonnés à leur sort dans les colonies de la côte est américaine, dans les Caraïbes et sur les côtes de la France.

 

Plus de la moitié des Acadiens meurent durant cette période.

 

acadie_dergmt2.jpg

 

En hommage aux Français du Canada qui se sont battus pour rester fidèles à la France.


"Nouvelle France"

 

Québec 1759

"Je me souviens"

 


 carillon.jpg

 

 

Metropolitan FilmExport

 

 

 

Pour une femme,

pour un pays,

pour la liberté...

 

 

 

 

>SITE OFFICIEL<

 

Noémie Godin-Vigneau. Metropolitan FilmExport

Parfois, le cinéaste choisit de s'emparer de l'Histoire avec un grand H par le petit bout de la lorgnette d'une histoire d'amour qui soudain, prend la même ampleur, la même intensité, la même violence que l'évènement historique en toile de fond.

C'est le cas dans Nouvelle France où le spectateur plonge dans une période tragique, au sens grec du terme, de l'Histoire du Canada.

Sur la toile de fond d'une vaste fresque historique, Jean Baudin nous conte le récit épique d'une passion, d'une grande passion amoureuse contrariée, comme le plus souvent,par les évènements et par les hommes...

Derrière les coulisses ou… l’art et la réalité:

 

Si vous avez vu le film «La Nouvelle France», vous vous êtes probablement posé la question s’il y avait quelque chose de vrai dans toute cette histoire d’amour et de souffrance (hormis les événements historiques et le comportement bien connu de l’intendant Bigaut).

 

Eh bien, rassurez-vous, les auteurs, comme de bons cuisiniers, ont mélangé au moins deux histoires réelles :

 

La première est décrite sur notre site : La légende du Chien d’Or.

 

La deuxième est la suivante :

 

En mars 1763, à Québec, sont arrêtés Joseph Corriveau et sa fille Marie-Josephte de Saint-Vallier. Le père et la fille sont accusés du meurtre de Louis-Étienne Dodier, époux en secondes noces de Marie-Josephte.

Le procès se déroule à Québec, au Monastère des Ursulines. Le père est reconnu coupable et condamné à la peine de mort. Sa fille, accusée de complicité, doit être fouettée et marquée au fer rouge.

df_d_91784_0_BattleOfTheBrave.jpg

 

 


 

Nouvelle France, le film:

 


 

La veille de l’exécution, Joseph Corriveau fait des aveux : il est innocent et il se laissait condamner pour sauver sa fille.

 

Au dernier moment, influencé par le prêtre confesseur, Joseph prend conscience qu’en persistant dans son silence, il devenait homicide pour lui-même et il ne recevrait aucun pardon pour lui du Tout-puissant dans l’autre monde.

 

Il se rétracte devant les juges. Les audiences reprennent leur cours et sa fille Marie-Josephte reconnaît son crime. Elle est condamnée et pendue. Elle est menée au lieu d’exécution dans une cage imitant la forme humaine (la cage fut achetée plus tard par le cirque Barnum pour faire partie de ses attractions).

 

À partir de ces deux histoires du vrai M. de Gardeur et de la pendaison de Marie-Josephte, vous pouvez tirer vos propres conclusions sur les sources du film «La Nouvelle France».


 

L'époque (1758-61), riche en bouleversements, est à cheval entre l'effondrement de la Nouvelle France et l'instauration de l'hégémonie anglo-saxonne...

 

David Lahaye et Noémie Godin-Vigneau. Metropolitan FilmExport

C'est un temps de toutes les passions...François Le Gardeur est un jeune homme téméraire, aventureux et un brin idéaliste.

 

Refusant de réintégrer le giron d'une famille trop bourgeoise à son goût, il choisit d'aller courir les bois et partager la vie des Amérindiens, ceux que l'on appelle à cette époque "les sauvages".

Aprés la saison de la chasse, Le Gardeur rentre précipitamment à Québec mais cependant trop tard: son père est décédé trois jours plus tôt, laissant un héritage encombrant car crapuleux. Le Gardeur découvre en effet que son père était complice de l'Intendant Bigot dans des spéculations financières d'envergure qui précipiteront la perte de la Nouvelle-France.


 40121_Photo_05.jpg

 

Le trés talentueux Vincent Pérez est  Bigot, l'Intendant véreux; le système colonial en produisait parfois.

 

 

40121_Photo_01_002.jpg

 

 

Sur la place du marché, Le Gardeur rencontre Marie-Loup, la fille du meunier Carignan et c'est le coup de foudre. Marie-Loup est une jeune femme décidée, dotée d'un caractère bien trempé propre à de nombreux descendants de colons et de pionniers.

 

 

Son franc-parler et sa liberté d'esprit lui attirent les reproches du curé Blondeau, bonhomme suffisamment déséquilibré pour devenir nuisible sous couvert de "bonnes intentions". En outre, ce prêtre refoule des sentiments amoureux pour sa "protégée". Mais, facteur aggravant pour la jeune femme, celle-ci a accés aux remèdes des chamans amérindiens, ce qui nourrit les rumeurs de sorcellerie à son sujet.

Elles lui seront fatales...

nouvelle-france-2.jpg

 

Depardieu incarne un prêtre tourmenté, écartelé entre le Ciel et la Terre.

Il avait déjà joué ce type de rôle dans "Sous le soleil de Satan"...

 

 

 

Inspirée de faits réels, l'histoire raconte les amours tragiques d'une jeune paysanne du Bas St Laurent et d'un audacieux et bel aventurier, à la manière d'une destinée fatale, où se confond une autre Histoire, celle de l'abandon du Canada par la France d'un Louis XV dominé par les Philosophes utopistes et une Jeanne Pois(s)on, marquise de Pompadour, grande maîtresse à Versailles, de la politique intérieure et extèrieure d'un royaume des lys qui va à sa perte... 

 

Acadie-Nouvelle-France.jpg

 

La "colonisation" de la nouvelle France durera un siècle au cours duquel la petite colonie servit de base de départ pour l'exploration et l'expansion territoriale. En 1700, la Nouvelle-France avait atteint ses dimensions maximales.

 

 

Grâce à Terre-Neuve et à l'Acadie la Compagnie Française des Indes Occidentales "verrouillait" l'entrée du Saint Laurent et donc l'accès maritime au Canada et à l'intérieur de l'Amérique du Nord. Le Anglais vont tout mettre en œuvre pour mettre fin à cette situation, sur le terrain et au gré des traités européens du 18ème siècle. Le traité d'Utrecht[5] en 1713 redessine la carte du Monde de l'époque entre les grandes puissances. A cette occasion, l'Acadie est concédée à la Grande Bretagne. Au traité de Paris[6] en 1763, la France perd la totalité de ses possessions nord américaines, à l'exception de Saint-Pierre et Miquelon ! [7]

Armoiries Cie Indes

En 1713 donc, lorsque l'Acadie est cédée aux Anglais, elle compte environ 15.000 habitants. Qui sont-ils ces Acadiens ? D'où viennent-ils ?

 

Les colons qui firent souche vinrent essentiellement de l’ouest de la France et plus particulièrement du Poitou comme, l’a confirmé Geneviève Massignon en étudiant les similitudes entre l’acadien et le parler poitevin. Au cours du 17ème siècle, la communauté s'est développée et s'est organisée.

1757_Acadie.jpg

 

Lorsque les anglais vont s’installer, à partir de 1713, créant notamment la ville d’Halifax, ils demanderont aux Acadiens de faire allégeance à la Reine, ce qu'ils refuseront. Ils vont alors subir de nombreuses humiliations et vexations, notamment au niveau religieux : ils sont pour la plupart catholiques fervents ce qui déplait à l’occupant. Ce sont des paysans ou des pécheurs alors que les Anglais sont principalement soldats ou fonctionnaires. Les colons anglais que souhaiterait installer le gouverneur anglais Charles Lawrence ne trouvent plus de bonnes terres ; celles-ci sont déjà occupées par les Acadiens.

 

Lawrence va alors trouver une solution radicale : la déportation des Acadiens ou la "Grande transportation". Commence alors le destin tragique des Acadiens.

 

Peut-on parler rétrospectivement de « génocide » ? Des historiens américains contemporains estiment que, sur une population totale évaluée entre 12 000 et 18 000 Acadiens en 1755, de 7 500 à 9 000 périrent entre 1755 et 1763, soit des effets de la déportation, soit en tentant d'y échapper.

 

Les Acadiens sont raflés et déportés le plus loin possible. Les familles sont séparées, les terres confisquées, les biens détruits. L’ordre leur est donné de ne jamais remettre les pieds en Acadie. Expédiés par lots dans les différentes colonies anglaises, ils sont en général très mal reçus. L’arrivée de ces « pouilleux » affamés et dénués de tout et de surcroît catholiques est vécue comme celle de la peste. On les chasse, on les enferme, on les exploite. Beaucoup meurent de maladies. Exception de taille, le Maryland (majoritairement catholique) où ils sont bien reçus.

 

350 d'entre eux parviennent en Louisiane. Les français déjà établis (les Créoles blancs) voient d'un mauvais oeil l'arrivée de ces pauvres paysans ou pêcheurs[8]. Toutefois, en 1763, la Louisiane devient espagnole pour quelques décennies[9], et les espagnols vont leur faire bon accueil. Ils vont même favoriser une immigration acadienne allant jusqu'à affréter des bateaux. Ils espèrent, sans doute, faire ainsi contrepoids aux Créoles Blancs français ?

 

Ces Acadiens qui arrivent alors en Louisiane seront appelés Cadiens. Ce mot prononcé avec l’accent que l'on connaît encore au Québec devient Cadjien ou Cajun. Et voila d’ou viennent les Cajuns, blancs pauvres encore souvent francophones et d’origine acadienne. Michel Fugain a donc raison de les appeler les « Acadiens ».

 

La chose curieuse, c'est que les "Cadjiens" que les Espagnols feront venir par "charters" en Louisiane, viendront surtout de France ! Que s'est-il passé ?

 

Après 1753, Charles Lawrence décide une complète épuration de l'Acadie.

Les 3500 Acadiens qui s'étaient réfugiés dans les îles sont déportés en masse en France. Même si beaucoup moururent au cours de la traversée, 2000 à 3000 réfugiés réussiront à gagner la France entre 1758 et 1763. Ils arriveront dans les ports de l'Atlantique où ils seront parqués dans de camps, en attendant que l'on trouve une solution pour eux.

86-archigny_musee_w.jpg

 

La grande idée, digne de l'administration française, sera de les installer dans le Poitou ! On veut les utiliser pour défricher. Le temps que tout le dispositif d'accueil se mette en place, il faudra bien quelques années, et ce n'est qu'en 1772 que les premiers Acadiens arrivent au Poitou. Mais la plupart ne sont pas cultivateurs, mais pêcheurs ! Ils ont parfois passé plusieurs dizaines d'années dans les camps et ne comprennent pas ce qu'on attend encore d'eux. Une grande incompréhension va s'instaurer[10]. A partir de 1773 la plupart d'entre eux vont retourner vers les côtes.[11] C'est de là que certains embarqueront pour la Louisiane sur des bateaux espagnols.

 

Après 1785, les anglais lèveront l'interdiction du retour des Acadiens. Certains feront le chemin à pied depuis les régions américaines où ils sont le moins intégrés. Mais les terres d'Acadie sont occupées, leurs biens détruits ou spoliés, le pays a changé et changé de main.

 

Au moment où le Maine devint état américain en 1820, de très nombreux Acadiens vinrent y trouver refuge[12]. Beaucoup s'installèrent comme agriculteurs part et d'autre du fleuve Saint-Jean, dans la région du Madawaska. A l'époque on ne savait pas précisément si elle était canadienne ou américaine[13].

 

En 1842, un traité régla la question de la frontière entre le Canada et les États-Unis et coupa en deux la communauté acadienne, les gens de la rive droite de la Saint-Jean devinrent citoyens américains, ceux de la rive gauche canadiens.

 

C'est le résultat de cette situation et ses conséquences pour les familles acadiennes déjà soumises depuis des décennies à un tragique destin que se proposait d'étudier Yves Massignon quand la tuberculose finit par l'emporter.

 

 

 

 

 

Source 1 : Mémoires de la Nouvelle-France en Poitou-Charentes : http://www.poitou-charentes.culture.gouv.fr/memoire/articles/article.php?num=6

 

Source 2 : Le fait français au Maine : http://www.francomaine.org/Francais/Pres/Pres_intro.html#

 

Source 3 : Le français au Madawaska : http://daniel_burgot.club.fr/html/reimplantation/madawaska2.htm

 

 

 

[1] Il avait commencé une étude de géographie humaine sur la haute vallée du fleuve Saint-Jean, cours d’eau qui marque la frontière entre le Nouveau-Brunswick, le Québec et l’État américain du Maine. Il avait confié à son père peu de temps avant de mourir : "je me suis serré contre ces gens là-bas avec un travail sur ces paysans attachés encore au sol […] trahis, oubliés,opprimés.." (in "Parole Donnée" p.250 – Louis Massignon – Julliard 1962)

 

[2] Elle y réalisa des enquêtes linguistiques et folkloriques qui donneront lieu à deux thèses de Doctorat : "Le dialecte français d'Acadie" et "les contes populaires d'Acadie". Elle profita de ce séjour pour traverser le Canada d’est en ouest puis pour se rendre en Louisiane. Elle est décédée elle aussi très jeune en 1966, à l’âge de 45 ans.

 

[3] L'Arcadie est une région de la Grèce qui, dans la poésie bucolique latine et hellénique, était représentée comme le pays du bonheur, le pays idéal. La poésie antique, comme Virgile dans les Bucoliques ou Ovide dans les Fastes, décrivait l'Arcadie comme un lieu primitif et idyllique peuplé de bergers, vivant en harmonie avec la nature. Par la suite, l'Arcadie est restée ce symbole d'un âge d'or, un monde riant où les pastorales constituent le principal divertissement musical (Wikipédia)

 

[4] Ayant été un des tout premiers ports de la pêche à la morue à Terre-Neuve, au moins à la charnière des XVème et XVIème siècles (La Catherine de Binic est signalée à Terre-Neuve en 1523), Binic continua cette activité jusqu'aux alentours de 1920. L'apogée fut atteinte au XIXème siècle, Binic devenant même en 1845 le premier port français de grande pêche, avec 37 navires. Le port recevait annuellement de150 à 160 bâtiments. 5 à 600 ouvriers travaillaient au port à l'armement des terreneuviers sur lesquels embarquaient chaque année 1800 hommes.(Site de la ville de Binic : http://www.ville-binic.fr/index.php?id_site=5&id_page=188 idem pour les petites photos ci-dessous )

 

[5] Qui met fin à la Guerre de Succession d'Espagne

 

[6] Qui met fin à la guerre de 7 ans (1756-1763)

 

[7] Mais récupère Belle-Île, Gorée, Pondichéry et les Antilles.

 

[8] Quand on est blanc en Louisiane on a des esclaves ! On ne savait pas trop quoi faire avec ces blancs dont le statut social était plutôt proche de celui des noirs.

 

[9] Elle sera rétrocédée par l'Espagne à la France en 1800 ce qui permettra à Napoléon de la revendre en 1803 aux US.

 

[10] A noter une relative réussite de leur installation à Belle-Ile-en-Mer (que la France vient de reprendre à l'Angleterre). Au total un millier d’Acadiens se fixeront définitivement en France après 1785. (source 1)

 

[11] la tentative d’établissement en Poitou en 1772-1773 d’une grande partie des Acadiens de l’Ouest fut un échec. Sur les 1472 personnes présentes en juillet 1774, il ne reste que 157 habitants à la mi 1776, 91 personnes après 1’été 1784 qui font alors souche en Poitou. Les autres sont partis vers Nantes entre octobre 1775 et mars 1776 et ultérieurement vers la Louisiane en 1785.

 

[12] D'après le recensement des États-Unis de 1990, sur le million de citoyens de l'État du Maine de 5 ans et plus, 336 000, environ le tiers, seraient d'origine française, canadienne française ou acadienne. (Source 2)

 

 

 

[13] Entre 1790 et 1825, la population du Madawaska passa de 174 à 1 100 personnes d'âge adulte plusieurs d'entre eux travaillant à la coupe du bois une partie de l'année et établissant une ferme sur les terres basses et fertiles de la vallée de la Saint-Jean. Entre 1785 et 1814, la vallée de la haute rivière Saint-Jean était encore une région relativement inexplorée qui était sous le contrôle effectif des autorités britanniques du Nouveau-Brunswick. Aucun habitant de la région ne savait où se situait précisément la communauté de Madawaska par rapport à la frontière canado-américaine. Ce n'est que 60 ans plus tard, en raison de la menace du déclenchement d'une guerre, que la frontière canado-américaine fut clairement établie : on la traça au milieu de la rivière Saint-Jean divisant ainsi la population établie sur ses rives en deux communautés, une au Maine et l'autre au Nouveau-Brunswick.

 

 

 

 




Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le Ciel, la Terre, l'Eau et le Feu
  • Le Ciel, la Terre, l'Eau et le Feu
  • : Critiques de films dits historiques ou sur la biodiversité, avec informations supplémentaires, parfois dérangeantes. Un autre regard, pas toujours consensuel...
  • Contact

Profil

  • Louis
  • Histoire, géographie, philosophie,cinéma, protection de la biodiversité ...sont mes passions.
Mes critiques se veulent sans concession à ce que la philosophe Chantal Delsol nomme: "La tentation du consensus"
  • Histoire, géographie, philosophie,cinéma, protection de la biodiversité ...sont mes passions. Mes critiques se veulent sans concession à ce que la philosophe Chantal Delsol nomme: "La tentation du consensus"

Louis

Cavalier.jpg

Recherche

Texte Libre

cosmos 151%20VIE%20COSMOS%2017ANNEESLUMIERES%20HUBBLES

Archives -2007-2013-

Texte Libre

Vagues sur rochers

Articles Récents

  • CHURCHILL
    Synopsis : Juin 1944. Découvrez le rôle déterminant de Winston Churchill dans cette fiction qui se situe 48 heures avant le débarquement des troupes alliées sur les plages de Normandie. Winston Churchill (1874-1965) fut aux Britanniques ce que fut le...
  • LES SAISONS
    ~~Il y a 12 000 ans, la planète connaît un réchauffement brutal qui met fin à la dernière ère glaciaire et change radicalement la physionomie du continent européen. La forêt s'installe et permet à de multiples espèces animales de se développer. Les hommes...
  • MY WEEK WITH MARILYN
    ~~À Londres en 1956: Sir Laurence Olivier se prépare à réaliser un film. Le jeune Colin Clark, enthousiaste étudiant de cinéma, veut être impliqué et manœuvre pour obtenir un emploi : il parvient à être embauché comme troisième assistant réalisateur sur...
  • THE READER
    THE READER ~~The Reader (Le Liseur au Québec et au Nouveau-Brunswick) est un film américain de Stephen Daldry, adapté du best-seller Der Vorleser (titre français Le Liseur) de l'auteur allemand Bernhard Schlink. Il est sorti aux États-Unis le 10 décembre...
  • UNBROKEN (Invincible)
    Louis Zempirini, jeune athlète à l'Université: encore un père à convaincre.... Date de sortie au Québec 25 décembre 2014 Louis Zamperini était un enfant délinquant quand son grand frère l'a pris sous son aile et l'a convaincu de rejoindre l'équipe d'athlétisme....
  • NATURE
    ~~Pour les amoureux de la nature, les curieux et les explorateurs, un documentaire époustouflant va sortir à la fin du mois : NATURE raconté par Lambert Wilson. meltyDiscovery vous en dit plus sur ce nouveau film NATURE vous emmène dans un voyage étonnant...
  • HERCULE
    ~~Mi-homme mi-légende, Hercule prend la tête d’un groupe de mercenaires pour mettre un terme à la sanglante guerre civile qui sévit au royaume de Thrace et replacer le roi légitime sur le trône. Âme tourmentée depuis la naissance, Hercule a la force d’un...
  • DANSE AVEC LES LOUPS
    ~~Danse avec les loups (Dances with Wolves) est un film américain réalisé par Kevin Costner en 1990. Il s'agit d'une adaptation du roman éponyme écrit en 1988 par Michael Blake. C'est un des films les plus récompensés de l'histoire du cinéma pour un réalisateur...
  • LES SEPT MERCENAIRES
    ~~Les Sept Mercenaires (The Magnificent Seven) est un western de John Sturges sorti en 1960. Le film est grandement inspiré du film japonais Les Sept Samouraïs réalisé par Akira Kurosawa en 1954. ~~Distribution: Yul Brynner (VF : Georges Aminel) : Chris...
  • CRISTEROS
    ~~En 1926, un soulèvement populaire secoue le Mexique suite aux lois farouchement anticléricales du président Callès , un Franc-maçon, qui interdisent toutes pratiques religieuses publiques dans l’ensemble d'un pays majoritairement catholique. Face à...

Beautes Menacees

Texte Libre

arbre ecorcarbres-insolites-autres-arbres-france-6714593769

Texte Libre

Feu.jpg