Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 17:32
LE PRÊTRE AU CINÉMA,
un héros à part.

Comment les cinéastes s'emparent-ils de la figure du prêtre?
Parfois moqué voire attaqué, surtout dans le cinéma français, il est dans tous les cas "l'homme mis à part", qui  inspire le respect car il est le représentant du sacré.



Démodé le prêtre au cinéma?
Gran-torino.jpg
Gran-torino-christopher-carey.jpg
Christopher est le Père Janovich qui, sous ses airs "poupon" n'est pas un "blanc-bec" mais un vrai prêtre du Christ...

Peut-être moins qu'on ne pourrait le préjuger...

Dans son dernier film Gran Torino, Clint Eastwood fait intervenir, parmi les seconds rôles, un jeune prêtre irlandais qui crève l'écran et qui n'est pas pour rien dans le succès du film.
Ce jeune Père Janovitch (Christopher Cayley) a accompagné dans ses derniers instants la femme du héros octogénaire (Eastwood lui-même) et lui a promis qu'il confesserait son mari. Un ancien du Vietnam, raciste, égoïste, se confesser à ce jeunot, ce petit cureton tout frais sorti du séminaire...! Vous rêvez!
Mais ne vous y fiez pas, le jeune prêtre sait être fidèle à ses promesses...Et en cela, il incarne parfaitement la fidélité et la persévérance du Bon Pasteur qui ne se lasse pas de retrouver sa brebis perdue.
Avant lui, le prêtre a eu une longue histoire au cinéma...

Abbe-constantin.jpg
 
 
1925
L'Abbé Constantin
(film muet de Julien Duvivier).



Monsieur l'Abbé Constantin est un homme soucieux de la paix entre les hommes en dépit des clivages sociaux.
Il annonce un autre grand pacificateur: l'italo-national Don Camillo.

Don Camillo, l'image idéale du pasteur affectueux et familier.

Collection Christophe L.


Ce Don Camillo, créé par le génial Fernandel, est incontournable!

Demandez autour de vous:
le prêtre au cinéma, c'est lui!

 Le bon curé de village de Brescello affronte un ennemi "intrinséquement pervers": le communisme !
A l'écran, c'est plutôt un communisme bon enfant. Mais pour l'auteur des romans d'où furent tirés les scénarios
 ( Giovannino Guareschi), le communisme doit être combattu et abattu et c'est pour le combattre qu'il écrit les histoires de son robuste curé. Ce dernier lutte avec son physique impressionnant de santé, mais aussi et surtout, il possède une arme secrète, plus sophistiquée que celles de 007: le grand crucifix en bois de l'église qui lui parle à haute voix. Et comment faire parler Dieu dans un film sans que cela ne tourne au ridicule meurtrier? En faisant du BON cinéma!
Le Christ en bois est profondément regardé par la caméra de Duvivier (et des réalisateurs successifs de la série).  Quand il parle à Don Camillo, c'est le plus souvent ce dernier qu'on voit à l'écran et c'est à travers lui que nous entendons la Parole de Dieu. Intimité et familiarité n'empêchent nullement distance,respect et profondeur.
Ce surnaturel affectueux est possible grâce à la voix de Jean Debucourt ("la voix du Seigneur" comme dit le générique) dont l'autorité et la douceur font merveille.






Bien plus qu'avec ses poings, c'est avec son grand coeur que Don Camillo triomphe, et avec une foi toute remplie de raison et de bon sens.

Rizzoli Film S.p.a.


Fernandel et Gino Cervi. Studio Canal

Don Camillo reste un des plus grands succès du cinéma français et il a rétabli une confiance dans la figure extérieure traditionnelle du prêtre, abîmée par des décennies d'anticléricalisme, dont profitent encore nombre de prêtres d'aujourd'hui.



Don Camillo incarne le prêtre rempli de Foi et de bon sens face à toutes les idéologies qui nient les droits
  de  l'homme et les droits de Dieu.




La figure du prêtre pasteur, au cinéma, est naturellement sympathique.
"La messe est finie" de Nanni Moretti (1985) en offre un exemple plus récent et...inattendu.
Si le ton du film est léger, car c'est celui du style Moretti  (réalisateur et acteur du personnage principal du prêtre), le fond est plutôt désespérant: un jeune prêtre, venu d'une paroisse rurale traditionnelle, arrive dans une banlieue de Rome où il ne découvre chez les "fidèles" qu'échecs et ruptures.



Ses efforts de pasteur dévoué sont sans effets, sinon sur le spectateur qui découvre l'ingratitude d'un "métier" exercé dans de telles conditions, mais ils sont récompensés par la jolie scène finale, tout en cinéma:
à la fin de son ultime messe, une messe de mariage, les mariés se mettent à danser dans l'église. Ils sont imités par l'assemblée, dans une scène surréaliste qui rend enfin au pauvre prêtre (que la critique a jugé "buté" face aux réalités de la vie) le sourire qu'il a vainement cherché à allumer chez ses paroissiens.
Peut-être, pour ce dernier mariage, aura-t-il été entendu dans la supplique qu'il fait à tous les nouveaux mariés:
 " Je vous demande trois choses: la fidélité réciproque, l'éducation de vos enfants... et la fidélité réciproque!".

route_semee_d_etoiles-0.jpg



Parmi les brebis du pasteur, les jeunes sont souvent privilégiés, et le cinéma n'oublie pas que le prêtre est aussi éducateur.
Un exemple, entraînant comme Hollywood sait l'être, est donné en chansons dans "La route semée d'étoiles "de Léo Mc Carey (1941).



goin-my-way.jpg


Le père O'Malley (Bing Crosby) y sauve les jeunes voyous grâce à sa chorale: l'aube de la Pop Louange!


monsieur_vincent-1.jpg

Monsieur Vincent est un film qui m'a bouleversé m'a longtemps habité et a changé mon regard sur la religion catholique: je n'avais pas dix ans...




Le prêtre est spécialement serviteur des pauvres car à l'image de Jésus Christ, comme dans le célèbre "Monsieur Vincent "de Maurice Cloche (1947), qui a fourni au cinéma français  réaliste d'après- guerre ainsi qu' à Pierre Fresnay une occasion d'exercer ses talents.

Monsieur_Vincent_01.jpgVincent_de_Paul.PNG

Pierre Fresnay y est mémorable dans le rôle de Saint Vincent de Paul (1576 ?-1660), montrant à quelles extrémités peut conduire la charité -la scène où il remplace le galérien épuisé est inoubliable-, le film a sans doute vieilli, mais pas la leçon.
En outre, l'évocation de la France  du début du XVIIe siècle est remarquablement juste. 

Collection Christophe L.

Parfois, la mise en valeur d'un prêtre ordinaire peut servir à dénigrer la hiérarchie, selon le schéma classique du bon soldat et du méchant général.
C'est ce qu'on voit dans "Mission" de Roland Joffé (1986), où les efforts admirables du Père Gabriel pour protéger et évangéliser les Indiens Guaranis, dans les "réductions" jésuites, sont ruinés par l'ordre d'un cardinal d'abandonner son oeœuvre.
Au prix du massacre de mille quatre cents Indiens!



Le scénario de "Mission" a beau être loin de la vérité historique- il n'y eut ni massacre, ni cardinal-, il n'a pas peu contribué à renforcer la légende noire de l'évangélisation des Indiens.
Comme le piteux "Amen" de Costa-Gavras (2002) sur lequel j'ai écrit un article, où avance, cachée derrière la figure sympathique d'un jésuite fictif, la vieille haine contre Pie XII (1876-1958); accusé de tout l'antisémitisme du monde.
Heureusement, cette adaptation de la méchante pièce "Le Vicaire", de Rolph Hochluth, est trop bâclée pour être efficace.



Pour être parmi les hommes, le prêtre n'en est pas moins à une distance mystérieuse, due à son caractère sacré; car ne l'oublions pas, selon le dogme catholique, le prêtre parle et agit "in persona christi".

la_loi_du_silence_i_confess_1952_portrait_w858.jpg
Certains films impressionnent à cet égard car leur sujet, pour une part, nous échappe.
Comment admettre que le Père Logan (Montgommery Clift) puisse à ce point préserver le secret de la confession, dans "La loi du silence" de Hitchcock (1953), qu'il prenne le risque d'être condamné à mort à la place de l'assassin, qui lui a avoué son crime?
Un tel silence est au-delà de la nature humaine.


defroque-0.jpg

"Le Défroqué" (1953) montre aussi des attitudes qui échappent à l'humain.


Dans ce film de Léo Joannon, un prêtre défroqué devenu athée (Pierre Fresnay) défie un séminariste qui s'est juré de le ramener à Dieu: il prononce devant lui les paroles de la consécration sur un seau de champagne rempli de vin! Dans le cabaret enfiévré où se passe la scène, le malheureux séminariste n'a d'autre recours que de boire, à genoux, tout le seau.
Cet acte n'a rien d'humain.



leon-6001.jpg




La logique humaine et dramatique est encore déroutée dans le remarquable "Léon Morin prêtre "de Melville (1961).
Dans une histoire "normale", le séduisant Jean-Paul Belmondo, même ensoutané, ne pourrait refuser la passion que lui voue Emmanuelle Riva. Mais Léon Morin est prêtre et demeure prêtre pour l'Éternité. Et tant pis s'il est beau...Cela ne l'empêche pas de tancer vertement sa paroissienne.

Il lui dit:"Si vous pouviez courir après Dieu comme vous courez après le mâle !".



Certaines femmes demeurent la pire des menaces pour le prêtre, car elles ne comprennent ni la chasteté, le célibat...

Jean-Paul Belmondo. Ciné Classic

Il arrive que des prêtres soient beaux et séduisants.
Certaines femmes disent: "Quel dommage!".
Elles ne peuvent comprendre qu'un homme puisse offrir, par amour pour Dieu, toute sa beauté et sa jeunesse au Créateur.



Jean-Paul Belmondo. Ciné Classic

Solitude du prêtre sur Terre...

Ciné Classic

Un homme séduisant pour Emmanuelle Riva, mais un prêtre d'abord.
Il arrive parfois que la caméra scrute le prêtre plus profondément et qu'elle révèle alors l'intermédiaire entre Dieu et les hommes.
Cela est visible dans les films tirés de Bernanos.

645475JournalCureCampagne.jpg


"Le journal d'un curé de campagne" et "Sous le soleil de Satan", adaptés à prés de quarante ans d'intervalle par deux cinéastes très opposés, offrent des exemples admirables qui méritent qu'on s'y arrête.


jounrnal-dun-cure-de-campagne.1255158551.jpg

Entre le mystique Robert Bresson pour "Le journal d'un curé de campagne" (1950), et l'athée Maurice Pialat pour "Sous le soleil de Satan" (1987), on n'attendait pas de rencontre. Cependant, en suivant chacun la lettre de Bernanos, on peut s'apercevoir qu' ils se rejoignent dans la mise en évidence du caractère surnaturel du prêtre.



Évidence plus grande par le pouvoir de l'image qui montre comment la transparence même du curé d'Ambricourt du "Journal d'un curé de campagne" -visible dans le corps et le regard de l'acteur Claude Laydu- lui permet de lire dans les âmes.
soleil-satan-affiche.jpg
Ou comment l'absolu de sa foi, accordé au physique abrupt de Depardieu, obtient à l'abbé Donissan de "Sous le soleil de Satan", la résurrection d'un enfant mort.
A travers les images différentes de la grâce, secrète ou violente, c'est finalement un même hommage à la dimension surnaturelle du prêtre.




hiver-54-labb-pierre.jpeg
Hiver 1954: l'abbé Pierre s'insurge contre l'injustice sociale et, lançant un appel radiophonique, remuant Ciel & Terre, réveille les consciences afin de venir en aide aux sans-logis.
Les politiciens socialo-communistes et  pantouflards de la IVème République, tous plus ou moins francs-maçons, anticléricaux et athées, sont contraints par un curé, à se mettre en action pour palier à l'urgence...
l-abbe-pierre-lance-un-appel-urgent-des-sans-abri-meurent-d.jpg

 Le cinéma d'aujourd'hui, reflétant la confusion religieuse de l'époque, peut-il encore présenter une image du prêtre conforme à la réalité de sa vocation?
Oui.
Et c'est le cinéma russe qui nous offre cette grâce!


Rezo Films

Après plusieurs films branchés, le Russe Pavel Lounguine était un cinéaste respecté de la sphère médiatique.
Soudain, il choisit de tourner "L'Île" qui raconte l'histoire magnifique et bouleversante d'un criminel expiant son péché par une vie de prière et de pénitence dans un monastère...

Rezo Films
Un film miracle.
(si ça vous dit : lisez mon article).

LE NEUVIÈME JOUR 
de Volker Schlöndorff
(2010)



Le dernier film de Volker Schlöndorff nous raconte l'exemple héroïque du Père Kremer, déporté à Dachau; il rappelle que le prêtre est un homme qui a donné sa vie.
L'ultime carton du film le précise: le nom du héros, le Père Henri Kremer, est un nom de fiction. Mais le personnage a réellement existé. Il s'agit, comme dans le film, d'un prêtre luxembourgeois, le Père Jean Bernard (1905-1994), qui a été prisonnier au camp de Dachau, de mai 1941 à août 1942. Il a tenu un journal de détention, publié après la guerre et depuis régulièrement réédité. La traduction française est parue aux éditions Saint Paul sous le titre Bloc de prêtres 25487.
C'est à partir de ce texte qu'a été composé le scénario. Mais seulement pour dresser le cadre de l'intrigue: les premières images, dans le camp de Dachau et les dernières, où le Père Kremer revient dans ce camp après une permission. Ces images sont terribles. C'est d'abord l'émouvante messe célébrée en secret dans le baraquement où, au lieu du Kyriale, les assistants chantent des chants militaires allemands pour tromper les gardes. Puis c'est l'image inouïe, filmée comme en passant pour en souligner davantage le caractère transcendant, d'un prêtre crucifié et couronné de barbelés!
le_neuvieme_jour_der_neunte_tag_2004_w172h136.jpg

Voilà ce qu'a vu  l'abbé Bernard, et qui aurait pu être son propre sort. C'est pourquoi il est stupéfait quand on lui annonce une permission de dix jours, de surcroît sans motif particulier.
Cette permission est notée dans le journal de l'abbé Bernard, mais il ne dit pas ce qu'il en a fait, sinon l'obligation de se présenter chaque jour au quartier général de la Gestapo au Luxembourg. Les scénaristes ont imaginé ce qui s'était passé pendant ces dix jours énigmatiques de façon très plausible à partir du contexte historique et des techniques connues de manipulation des Nazis.


L'hypothèse est simple:elle s'appuie sur le fait que le Père Bernard a été arrêté pour activités anti-allemandes. Idem pour son double, Kremer. Pour les Nazis, cela doit lui valoir la sympathie de l'évêque du Luxembourg, un résistant intraitable au nazisme qui ne sort plus de son évêché et fait sonner tous les jours les cloches de sa cathédrale. Kremer est donc libéré pour aller pour aller parler  à l'évêque et le convaincre de signer un engagement de collaboration de l'Église du Luxembourg avec le National-Socialisme.
S'il réussit, il sera définitivement libéré. s'il se dérobe, une menace terrible pèse sur ses camarades du bloc des prêtres de Dachau, mais aussi sur sa famille.



Au siège de la Gestapo, l'abbé Kremer rencontre chaque jour le jeune sous-lieutenant Gebhardt, de l'armée d'occupation et c'est là que le film devient passionnant, car Gebhart, excellemment interprété par August Diehl, n'est pas la brute païenne qu'on attendait, mais un catholique sincère, ancien séminariste très au faitdes questions religieuses et sincèrement convaincu de la nécessité d'associer l'Église à l'œuvre du IIIe Reich.
L'essentiel du film est constitué du dialogue entre le prêtre et l'officier entrecoupé de scènes où l'abbé Kremer est dans sa famille, laquelle, ignorante du drame qui se joue et de la menace qui la vise, rend plus terribles encore les entretiens à la Gestapo...
Laissons découvrir la fin...






Dans un tout autre registre, Antonia Bird a eu le courage d'aborder un sujet de moins en moins tabou mais qui colle à une réalité:  la minorité des prêtres aux tendances homosexuelles.

pretre.jpg

priest1-271x300.jpg

"Prêtre"

(Priest)d'Antonia Bird: un film qui dérange.

Ce film vous secoue. Car il aborde frontalement la situation équivoque dans laquelle se retrouvent trop de membres du clergé. Du clergé catholique en l’espèce. A sa sortie du séminaire, un jeune prêtre plein d’idéal entre dans une paroisse de Liverpool. Il y trouve un prêtre, très engagé pour la justice sociale, mais impliqué dans une relation hétérosexuelle. Quant au nouveau venu, il se rend dans les bars gays pour y rencontrer des partenaires. Si l’on ajoute que lors de la confession, des scandales sexuels d’un autre genre sont révélés, on devine que les secrets des uns et des autres – et surtout ceux du prêtre homosexuel – ne resteront pas indéfiniment cachés. Tout est en place pour une vraie tragédie. Aura-t-elle lieu ? C’est toute l’habileté du scénario que de laisser longtemps la menace planer, avant un dénouement inattendu.
(in Blog "Everybody's perfect")

 

Bientôt un film sur les prêtres pédophiles?....

Partager cet article

Repost 0

commentaires

cheap calls 09/08/2011 18:22

Very nice.
It's good to see such great stuff. It's really simply written and well explained.
Even the dumbest people will understand your post.
Thanks and keep up the good work.
You are a treasure.
Best regards,
Justin

mp3 12/07/2011 13:58

nice siteHello friends,this is a nice site and I wanted to post a note to let you know, good job! Thanks

Pandaranol 02/06/2011 01:30

PandaranolJ'ai bien aimé cet article, merci à toi.

hyper v management tools 21/04/2011 13:56

This is interesting! Thanks!

Dissertation Editing 22/03/2011 04:45

This Post Is Very Informative. I Like It Very Much.

Présentation

  • : Le Ciel, la Terre, l'Eau et le Feu
  • Le Ciel, la Terre, l'Eau et le Feu
  • : Critiques de films dits historiques ou sur la biodiversité, avec informations supplémentaires, parfois dérangeantes. Un autre regard, pas toujours consensuel...
  • Contact

Profil

  • Louis
  • Histoire, géographie, philosophie,cinéma, protection de la biodiversité ...sont mes passions.
Mes critiques se veulent sans concession à ce que la philosophe Chantal Delsol nomme: "La tentation du consensus"
  • Histoire, géographie, philosophie,cinéma, protection de la biodiversité ...sont mes passions. Mes critiques se veulent sans concession à ce que la philosophe Chantal Delsol nomme: "La tentation du consensus"

Louis

Cavalier.jpg

Recherche

Texte Libre

cosmos 151%20VIE%20COSMOS%2017ANNEESLUMIERES%20HUBBLES

Archives -2007-2013-

Texte Libre

Vagues sur rochers

Articles Récents

  • CHURCHILL
    Synopsis : Juin 1944. Découvrez le rôle déterminant de Winston Churchill dans cette fiction qui se situe 48 heures avant le débarquement des troupes alliées sur les plages de Normandie. Winston Churchill (1874-1965) fut aux Britanniques ce que fut le...
  • LES SAISONS
    ~~Il y a 12 000 ans, la planète connaît un réchauffement brutal qui met fin à la dernière ère glaciaire et change radicalement la physionomie du continent européen. La forêt s'installe et permet à de multiples espèces animales de se développer. Les hommes...
  • MY WEEK WITH MARILYN
    ~~À Londres en 1956: Sir Laurence Olivier se prépare à réaliser un film. Le jeune Colin Clark, enthousiaste étudiant de cinéma, veut être impliqué et manœuvre pour obtenir un emploi : il parvient à être embauché comme troisième assistant réalisateur sur...
  • THE READER
    THE READER ~~The Reader (Le Liseur au Québec et au Nouveau-Brunswick) est un film américain de Stephen Daldry, adapté du best-seller Der Vorleser (titre français Le Liseur) de l'auteur allemand Bernhard Schlink. Il est sorti aux États-Unis le 10 décembre...
  • UNBROKEN (Invincible)
    Louis Zempirini, jeune athlète à l'Université: encore un père à convaincre.... Date de sortie au Québec 25 décembre 2014 Louis Zamperini était un enfant délinquant quand son grand frère l'a pris sous son aile et l'a convaincu de rejoindre l'équipe d'athlétisme....
  • NATURE
    ~~Pour les amoureux de la nature, les curieux et les explorateurs, un documentaire époustouflant va sortir à la fin du mois : NATURE raconté par Lambert Wilson. meltyDiscovery vous en dit plus sur ce nouveau film NATURE vous emmène dans un voyage étonnant...
  • HERCULE
    ~~Mi-homme mi-légende, Hercule prend la tête d’un groupe de mercenaires pour mettre un terme à la sanglante guerre civile qui sévit au royaume de Thrace et replacer le roi légitime sur le trône. Âme tourmentée depuis la naissance, Hercule a la force d’un...
  • DANSE AVEC LES LOUPS
    ~~Danse avec les loups (Dances with Wolves) est un film américain réalisé par Kevin Costner en 1990. Il s'agit d'une adaptation du roman éponyme écrit en 1988 par Michael Blake. C'est un des films les plus récompensés de l'histoire du cinéma pour un réalisateur...
  • LES SEPT MERCENAIRES
    ~~Les Sept Mercenaires (The Magnificent Seven) est un western de John Sturges sorti en 1960. Le film est grandement inspiré du film japonais Les Sept Samouraïs réalisé par Akira Kurosawa en 1954. ~~Distribution: Yul Brynner (VF : Georges Aminel) : Chris...
  • CRISTEROS
    ~~En 1926, un soulèvement populaire secoue le Mexique suite aux lois farouchement anticléricales du président Callès , un Franc-maçon, qui interdisent toutes pratiques religieuses publiques dans l’ensemble d'un pays majoritairement catholique. Face à...

Beautes Menacees

Texte Libre

arbre ecorcarbres-insolites-autres-arbres-france-6714593769

Texte Libre

Feu.jpg