Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 21:39

STALINGRAD

31 Janvier 1943: les Allemands capitulent à Stalingrad.

 

 

Septembre 1942: Hitler décide de faire tomber la ville de Stalingrad, coûte que coûte... Ce sera alors pour le Troisième Reich le début de la fin...

 

Joseph Fiennes et Jude Law.

 

Dans Stalingrad en ruines: Joseph Finnes incarne Yvan Danilov, officier commissaire politique et Jude Law, Vassili Zaisev, ancien berger, recruté pour ses talents de tireur d'élite en tant que "Snaypersky". Sa mission: éliminer le plus d'officiers allemands possible.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Allemagne NachdemKampf Otto Breker

"Nach dem Kampf"

1942

Buste en bronze d'Arno Breker.

A utomne 1942.

Le Troisième Reich est au sommet de sa puissance. Staline, il y a peu de temps encore complice d'Hitler, est avec Churchill, l'ultime rempart contre la domination nazie en Europe.  

Stalingrad (anciennement Tsaritsyne, débaptisée en 1925) est une ville industrielle stratégique (verrou des voies de ravitaillement des soviétiques vers le sud caucasien) et symbolique puisque rebaptisée en l'honneur de Staline qui la défendit contre les Russes "Blancs" de Krasnov en 1918. Hitler veut faire tomber Stalingrad. 

Vassili Zaisev (Jude Law) est jeté dans la bataille. Doué d'une stupéfiante adresse au tir, le jeune homme est remarqué par un officier politique de son âge, Yvan Danilov. Il décide de faire de Vassili un héros afin de remonter le moral des troupes soviétiques qui est au plus bas... Berlin réplique en envoyant son meilleur tireur afin d'éliminer le sniper soviétique qui éclaircit les rangs de ses meilleurs officiers.

Vassili, amoureux de la belle Tania (Rachel Weisz ) doit subir de surcroît la jalousie menaçante de son "ami" et Camarade Yvan.

 

Jude Law.

 

 

 

 

 

Rachel Weisz et Jude Law.

Vassili et Tania: un amour ardent dans l'enfer de Stalingrad...

Jude Law.

C e Stalingrad de Jean-Jacques Annaud demeure, du point de vue strictement cinématographique, une oeuvre remarquable. Le fait de focaliser le regard du spectateur sur deux hommes, deux adversaires implacables qui représentent deux nations, deux idéologies s'affrontant dans une lutte à mort, avec pour la romance, une belle histoire d'amour nichée au milieu des ruines, du sang, de la peur et de la mort qui rôde, est une démarche originale à laquelle peu de cinéastes auraient pensé.

Mais le piège du manichéisme n'a pas manqué de se refermer sur cette tragédie: Ed Harris joue parfaitement le rôle du parfait salaud de Nazi (le Major König) qui commet l'acte symboliquement le plus abject qui soit aux yeux des spectateurs: faire pendre un enfant russe qu'il avait au préalable apprivoisé, tandis que Vassili est fabriqué comme le sympathique et parfait héros soviétique. Du coup, le public  en conclue, une fois de plus, que les Nazis ont le monopole exclusif de la cruauté et du sadisme. On rajoute une couche de vernis supplémentaire sur les idées reçues qui peuplent les esprits de nos contemporains,  pour mieux les fixer.

 

 

 

 Allemagne Pacte germano sovietique

 

 

 

 

 

23 août 1939: à la stupéfaction générale, le monde apprend que Staline et Hitler ont signé, en pleine nuit, un Pacte d'Acier, qui va déboucher sur l'agression de la petite république polonaise et un conflit mondial. Staline peut ricaner...

 

Le cinéaste pacifiste et conservateur d'idées reçues J.J.A s'est donc plu à conforter le spectateur ordinaire dans ses préjugés et autres confortables clichés. Il suffit de parcourir dans la presse et sur la Toile les longues tirades jaculatoires des critiques des spectateurs. Il est vrai que, pour le public actuel, comme celui de l'immédiat après-guerre, il ne convient pas de bousculer l'idéologie du politiquement et historiquement correct.

La majorité des spectateurs s'est donc satisfait d'un "bon film de guerre" où les Soviétiques sont des innocents affreusement agressés par des Nazis diaboliques.

 

Allemagne Rudolf Hermann 1902-1994

 

Les salauds sont les Nazis, les héros sont les Soviétiques. Point final.

Le lessivage des mémoires fontionne donc parfaitement: oubliée la révolution bolchévique et ses millions de morts du communisme, oublié le Pacte germano-soviétique qui permit aux Allemands et aux Russes d'écraser la Pologne et de la dépecer, en se partageant son territoire et ses richesses, oublié les massacres de Katyn perpétrés par les Soviétiques sur ordre de Staline puis mis sur le dos des Allemands pendant plus de cinquante longues années avec la complicité tacite des élites occidentales. (Voir mon article sur le film bouleversant KATYN d'Andrej Wasjda, que la direction des programmes de la télévision française refuse encore de diffuser en dépit de l'envoi de milliers de lettres de demandes de télespectateurs).

 

 

Jean-Jacques Annaud (réalisateur) et Jude Law.    N i véritablement un film de guerre, ni un documentaire sur le tournant de la Seconde Guerre Mondiale, disposant de gros moyens, Annaud projette le spectateur  dans un univers apocalyptique pour suivre le duel à mort de deux héros antagonistes; mais cependant, à y regarder de plus  prés, ces deux cinglés de la gâchette ont quelques points de ressemblance, dont le plus saillant est une froide détermination.

Par ailleurs et pour aller plus loin, le film pose aussi la question de la propagande lors d'un conflit militaire, quel qu'il soit. Celle d'hier, d'aujourd'hui et de demain, dans tous les camps. Le personnage de Vassili est montré en exemple, présenté comme un héros, afin de "réveiller la Mére patrie"; avec son nombre impressionnant d'officiers abattus, il a la carrure du Stakhanoviste idéal sur fond de batailles homériques dans et autour de Stalingrad ayant coûté deux millions de tués et blessés. 

 

 

 

Carte-stalingrad-carte-contre-offensive-russe.jpg

 

Carte de la contre-offensive soviétique.  Pour les Allemands,la Volga demeura infranchissable; le piège se referme. 

 

 

 

 

Allemagne--Helmut-Ulrich-43-Stalingrad.jpg Helmut Ulrich; Stalingrad, 1943.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Allemagne-Richard-RudolphKameraden-43.jpg Rudolf Richard; Kameraden, 1943.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Allemagne-blesse-front-est.jpg

 

 

Bombardements de Stalingrad: quelques 36 000 immeubles détruits et 40 000 civils qui n'avaient pas eu le temps de s'enfuir furent tués.

 

D'un point de vue historique, il est également intéressant de s'attarder, comme J.J.A nous y invite, sur le sort de ces soldats russes qui craignent bien plus leur Etat-major que les soldats allemands. En outre, la politique du Camarade Staline concernant ses "camarades" soldats, fait littéralement froid dans le dos; souffrant d'un manque évident de munitions et de coordination face à une armée prussienne très bien équipée et organisée, l'Armée soviétique n'avait d'autres choix que d'épuiser les munitions ennemies en remplaçant sans relâche les hommes tombés.

 

Jude Law.

 

Vassili Zaisev (Jude Law)  aurait réellement existé; il est évoqué dans le roman de William Craig "Enemy at the gates". Ancien berger, c'est aussi et surtout un surdoué de la gâchette: froid, calme, posé et terriblement efficace. Il ne tardera pas à se faire un nom, fortement aidé en cela par son ami Danilov qui voit d'abord en Vassili un merveilleux tremplin pour atteindre les hautes sphères du tout-puissant Parti.

Mais l'arrivée d'un tireur allemand va tout remettre en cause: les rapports de force s'inversent brusquement. La terreur des officiers allemands devient à son tour la proie d'un tireur d'élite au regard bleu-froid comme l'acier produit par la Ruhr. Le jeune Russe se rend vite compte que l'adversaire est plus fort que lui. Le chasseur devient chassé. Tout comme les assiégeants sont devenus les assiégés...Vassili devient donc nettement moins utile pour son camarade Commissaire Danilov.

Le récit brasse avec un certain brio, à la fois les valeurs de l'amitié, de l'héroïsme, de l'amour, du don de soi, sans pour autant s'éparpiller en s'éloignant de sa ligne de conduite réaliste.  

Petite anecdote amusante: dans le documentaire présent dans le bonus du DVD, on apprend que le vrai Vassili Zaitev, bien que très bon Snaypersky, n'était pas le meilleur. En revanche, il était le plus beau parmi les bons, ce qui lui valu d'être élevé au rang de héros (sorte de demi-dieu pour les masses), au détriment de tireurs plus doués mais un peu moins avantagé par Dame Nature...ou quand la petite histoire met les pieds dans la grande.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Personnellement, je préfère ce Stalingrad, tourné par les Allemands en 1992.

 Stalingrad-04.jpg

Eté 1942. Hitler a décidé de faire plier la résistance russe et de percer le front à Stalingrad. Les Soviétiques opposent une résistance acharnée et alors que l'hiver arrive, les Allemands se retrouvent encerclés.

Berlin envoie ses meilleures troupes combattre l'ennemi dans tous ses retranchements, rue après rue, maison après maison...

         

Stalingrad-01.jpg

Et c'est ainsi que Hans von Witzerland (Thomas Kretschmann) et ses amis de la VIème Armée, fiers de leurs succés en France, en Italie et en Afrique du Nord, prennent pied dans l'enfer du froid. Très vite, ces jeunes gens comprennent qu'ici, la guerre sera totale.

Peu à peu, l'entêtement du Führer leur devient perceptible. Mais il est trop tard...

 

 

 

 

 Stalingrad.JPG

Stalingrad-06.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Stalingrad-1.jpg

 

 stalingrad_a.jpg

 

 

 Stalingrad_-1992-.jpg

 

 

 

 

 

 

Un commando allemand d'élite participe à la bataille de Stalingrad. Très vite, 340 des 400 hommes meurent. Les survivants ont ordre de se battre jusqu'au bout.

Après un demi-siècle, l'Allemagne ose enfin une superproduction sur un épisode phare de la Seconde Guerre Mondiale, la grande bataille de Stalingrad, où du demi-million d'Allemands, seuls six mille sont revenus.

Si de gros moyens sont employés pour camper l'arrière-fond de la bataille, le film reste intimiste, concentré sur quelques hommes qui représentent les différents degrés d'implication des allemands dans l'affrontement.

Un schématisme qui n'empêche pas le film d'avoir une grande puissance visuelle et de poser, dans les termes vrais, les questions que suscite la guerre.

 

stalingrad_1232725278_resize_460x400.jpg

 

C'est un film injustement méconnu qu'il importe, de l'avis de nombreux critiques, de réévaluer au plus vite.

Cette oeuvre est, contrairement au film de J.J Annaud, un juste équilibre entre fiction et documentaire.

Dans ce STALINGRAD là, il n'y a pas, sauf exceptions qui confirment la règle, de héros, de gentils ou de méchants. Juste des soldats allemands jetés dans un enfer d'acier et de sang, dans une guerre qui s'éternise et se révèle plus dure que prévue, où l'armée la plus puissante du monde est en train de se briser sur l'Armée des Rouges. Choc des Titans.

Pas d'effets spéciaux à foison, ni de duels entre snipers sur fond de romance. Une reconstitution du quotidien d'une des plus effrayantes batailles de tous les temps, entre exécutions sommaires, blessés qui agonisent dans la neige et ce froid. Ce froid russe, omniprésent, toujours plus mordant, qui pénètre jusqu'aux os...et qui tue.

On pourra regretter parfois, néammoins, le manque de rythme qui aurait tendance à plomber cette chronique d'une bataille tragique célèbre; regrettable surtout l'évocation douteuse et repentante de la lâcheté ou du sadisme de certains officiers qui contraste avec la bravoure lucide de certains autres, tel le maréchal von Paulus qui préféra désobéir aux ordres d'Hitler afin de sauver la vie des hommes qui pouvait l'être. 

Rappelons que sur 500 000 soldats allemands, seuls 6000 rentrèrent dans une Allemagne en ruines. Certains d'entre eux, n'ayant plus de famille ni de liens avec la nouvelle Allemagne, s'engageront dans la Légion Etrangère pour aller se battre à nouveau en Indochine et en Algérie.

Ce sera pour eux la poursuite logique de la guerre qu'ils avaient juré de mener contre le Communisme...

 

 

 

 

 

Allemagne-WSS-private.jpg

 

 

 

 

 

Allemagne-Aufbruch40-by-Willy-Waldapfel.jpg

 

 

 

 

Allemagne-Kameraden-Will-Tschech-1940.jpg

 

 

Allemagne-barbarossa.jpg

 

 

 

Nous étions des camarades...

 

 

 


 

 

 

 

 

 Stalingrad-009.jpg

 

 

 stalingrad-05.jpg

 

 

 

 Stalingrad-07.jpg

 

stalingrad1.jpg

 

Dominique Horwitz: Obergefreiter Fritz Reiser

Thomas Kretschmann: Lt Hans von Witzland

Jochen Nickel: Unteroffizier Manfred  Rohleder

Sebastian Rudolf: GeGe Müller

Dana Vàvrovà: Irina

Le scénario est de Johannes Heide.

 

 

 

 

Allemagne-_Thomas_Kretschmann.jpg

 

Thomas Kretschmann 

 


 

 

 

 

 



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le Ciel, la Terre, l'Eau et le Feu
  • Le Ciel, la Terre, l'Eau et le Feu
  • : Critiques de films dits historiques ou sur la biodiversité, avec informations supplémentaires, parfois dérangeantes. Un autre regard, pas toujours consensuel...
  • Contact

Profil

  • Louis
  • Histoire, géographie, philosophie,cinéma, protection de la biodiversité ...sont mes passions.
Mes critiques se veulent sans concession à ce que la philosophe Chantal Delsol nomme: "La tentation du consensus"
  • Histoire, géographie, philosophie,cinéma, protection de la biodiversité ...sont mes passions. Mes critiques se veulent sans concession à ce que la philosophe Chantal Delsol nomme: "La tentation du consensus"

Louis

Cavalier.jpg

Recherche

Texte Libre

cosmos 151%20VIE%20COSMOS%2017ANNEESLUMIERES%20HUBBLES

Archives -2007-2013-

Texte Libre

Vagues sur rochers

Articles Récents

  • CHURCHILL
    Synopsis : Juin 1944. Découvrez le rôle déterminant de Winston Churchill dans cette fiction qui se situe 48 heures avant le débarquement des troupes alliées sur les plages de Normandie. Winston Churchill (1874-1965) fut aux Britanniques ce que fut le...
  • LES SAISONS
    ~~Il y a 12 000 ans, la planète connaît un réchauffement brutal qui met fin à la dernière ère glaciaire et change radicalement la physionomie du continent européen. La forêt s'installe et permet à de multiples espèces animales de se développer. Les hommes...
  • MY WEEK WITH MARILYN
    ~~À Londres en 1956: Sir Laurence Olivier se prépare à réaliser un film. Le jeune Colin Clark, enthousiaste étudiant de cinéma, veut être impliqué et manœuvre pour obtenir un emploi : il parvient à être embauché comme troisième assistant réalisateur sur...
  • THE READER
    THE READER ~~The Reader (Le Liseur au Québec et au Nouveau-Brunswick) est un film américain de Stephen Daldry, adapté du best-seller Der Vorleser (titre français Le Liseur) de l'auteur allemand Bernhard Schlink. Il est sorti aux États-Unis le 10 décembre...
  • UNBROKEN (Invincible)
    Louis Zempirini, jeune athlète à l'Université: encore un père à convaincre.... Date de sortie au Québec 25 décembre 2014 Louis Zamperini était un enfant délinquant quand son grand frère l'a pris sous son aile et l'a convaincu de rejoindre l'équipe d'athlétisme....
  • NATURE
    ~~Pour les amoureux de la nature, les curieux et les explorateurs, un documentaire époustouflant va sortir à la fin du mois : NATURE raconté par Lambert Wilson. meltyDiscovery vous en dit plus sur ce nouveau film NATURE vous emmène dans un voyage étonnant...
  • HERCULE
    ~~Mi-homme mi-légende, Hercule prend la tête d’un groupe de mercenaires pour mettre un terme à la sanglante guerre civile qui sévit au royaume de Thrace et replacer le roi légitime sur le trône. Âme tourmentée depuis la naissance, Hercule a la force d’un...
  • DANSE AVEC LES LOUPS
    ~~Danse avec les loups (Dances with Wolves) est un film américain réalisé par Kevin Costner en 1990. Il s'agit d'une adaptation du roman éponyme écrit en 1988 par Michael Blake. C'est un des films les plus récompensés de l'histoire du cinéma pour un réalisateur...
  • LES SEPT MERCENAIRES
    ~~Les Sept Mercenaires (The Magnificent Seven) est un western de John Sturges sorti en 1960. Le film est grandement inspiré du film japonais Les Sept Samouraïs réalisé par Akira Kurosawa en 1954. ~~Distribution: Yul Brynner (VF : Georges Aminel) : Chris...
  • CRISTEROS
    ~~En 1926, un soulèvement populaire secoue le Mexique suite aux lois farouchement anticléricales du président Callès , un Franc-maçon, qui interdisent toutes pratiques religieuses publiques dans l’ensemble d'un pays majoritairement catholique. Face à...

Beautes Menacees

Texte Libre

arbre ecorcarbres-insolites-autres-arbres-france-6714593769

Texte Libre

Feu.jpg