Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2012 7 01 /07 /juillet /2012 15:01

war-of-the-vendee-cover-med.jpg

 

War of the Vendée
Vous ne pourrez pas voir ce chef-d'oeuvre en salle: les "démocrates" ne censurent pas: ils font silence!

Heureusement, il y a la Toile!

Pour acheter le DVD, cliquez ici!

 

Bastille

14 juillet 1789: prise de la Bastille; un évènement violent  pour symboliser les valeurs de la République bien qu'officiellement, c'est le 14 juillet 1790, fête de la Fédération sur le Champ de Mars.

 

Chouan coeur

 

Nous sommes la jeunesse du monde ! s'exclamait le général Charette.

Cette phrase retentit à nouveau dans les cœurs de 250 jeunes pour redonner vie à la grande insurrection de 1793, avec beaucoup d'intensité et d'émotion.

 

Cette toute nouvelle production américaine signée Navis Pictures a fait l'objet d'une réalisation très soignée. La musique de Kevin Kaska, compositeur pour Hollywood, a été enregistrée dans les studios Warner Brothers en novembre 2011. Présenté au début de cette année 2012, le film The War of the Vendee sortira en DVD au mois de février, en espérant qu'un distributeur européen se charge de sa mise en vente de ce côté-ci de l'Atlantique.

Cathelineau-59-93.jpg

 

Cathelineau (1759-1793)

 


 

La charité, enseigne saint Paul, « ne fait rien de malhonnête, elle ne cherche point son intérêt, elle ne s’irrite point, elle ne soupçonne point le mal, elle ne se réjouit point de l’injustice, mais elle se réjouit de la vérité ; elle excuse tout, elle croit tout, elle espère tout, elle supporte tout » (1 Co, 13, 5-7).

 

C’est cette phrase que je rumine après avoir découvert la bande-annonce d’un admirable film que, décidément, seuls des Américains peuvent oser faire… Il s’intitule The War of the Vendee, la Guerre de Vendée.

Particularité : ses 250 acteurs et figurants sont des amateurs, issus de paroisses catholiques américaines, et ce sont des jeunes, voire des très jeunes (le plus petit figurant avait… 2 mois au moment du tournage, et le “plus” âgé, 21 ans). Autre particularité, la somptueuse musique du film a été composée par Kevin Kaska, un musicien et chef d’orchestre catholique talentueux de 40 ans. Le réalisateur de ce film Jim Morlino est aussi catholique et il dirige la maison de production cinématographique Navis Pictures (Danbury, Connecticut). Il est un spécialiste du tournage de films chrétiens avec uniquement des enfants et des jeunes (sa St. Bernadette of Lourdes, 2009, est un petit chef-d’œuvre).

La première de ce film (dont le DVD en anglais devrait sortir en février) – une projection réservée à l’équipe de tournage et aux jeunes acteurs – s’est déroulée le 2 janvier, « en la fête du bienheureux Laurent Batard, un des nombreux prêtres et martyrs de la Vendée » précise le site de Navis Pictures. C’est dire que nous sommes dans une saine ambiance catholique du début à la fin… Un film qui, si j’en juge par la bande-annonce, est rafraîchissant et enthousiasmant...

 

War-Vendee.jpg

 

"Les Brigands du bocage"

 

War-Vendee-2.jpg

 

Cliquer ici pour acheter le DVD

 

Ce film superbe, nous fait voir la guerre héroïque et sainte des populations de l'Ouest de la France contre la tyrannie républicaine, plus connue sous la pudique dénomination de "Guerres de Vendée" (1793-1796).

Ces paysans subirent le premier populicide en France, ordonné par Robespierre, Danton et d'autres chefs révolutionnaires afin d'éliminer des "rebelles" à la Révolution.

Le dimanche 10 mars 1793, à Paris, l'Assemblée de la Convention recourt à la levée en masse autoritaire de 300.000 hommes dans tout le pays, pour faire face au retour en force des armées européennes coalisées contre la France révolutionnaire.

 

La levée en masse entraîne dès le lendemain le soulèvement des paysans vendéens qui, jusque-là indifférents à l'agitation parisienne, ne supportent pas qu'on leur demande de verser leur sang pour une cause qu'ils exècrent.

 

C'est le début de longues épreuves qui feront au total plus de cent mille victimes, laissant l'ouest vendéen exsangue. Par leur férocité, les guerres vendéennes n'auront rien à envier aux guerres étrangères de la Révolution.

 

War-Vendee-bandeau.jpg

 

Sous le titre « Des nouvelles du film “The War of the Vendée” », Le Courrier de l’Ouest (édition de Cholet) a publié dans son édition du lundi 12 janvier un entretien avec Jim Morlino, le réalisateur du film. Le voici :

 

 

Pourquoi avez-vous fait ce film ?

Jim Morlino. J’ai fait ce film parce que cette histoire m’intéresse. En tant que défenseur de la vérité et catholique, j’ai été touché par la souffrance du peuple vendéen. N’importe qui ayant un minimum d’honnêteté intellectuelle ne peut être qu’intéressé par le fait qu’une population entière, face à une persécution sans nom, sacrifie sa vie pour ce en quoi elle croit […]

 

 

De quoi parle votre film précisément ?

J. M. La Guerre de Vendée est une saga épique impliquant, pendant plusieurs années, des centaines de milliers de personnes sur un vaste territoire de l’Ouest de la France. Pour bien traiter le sujet, il faudrait faire un grand film dans les mêmes proportions. Moi, je me suis concentré sur les principaux événements de l’année 1793 […]

 

 

Que savent les Américains, et vous aussi, de la Guerre de Vendée ?

J. M. Une grande majorité d’Américains, y compris les catholiques les plus cultivés, ne connaît pas le mot Vendée. Moi-même, je n’en avais pas entendu parler jusqu’à il y a un an environ. J’avais, comme la plupart des Américains, une vision assez vague de la Révolution française [NDLR : qu'il se rassure, il en va de même pour la plupart des Français]. Pour moi, 1789 était dans l’ensemble une bonne chose pour la France, sans ignorer qu’il y a eu des excès comme la Terreur. Mais le régime de la Terreur, c’est une colère d’enfant gâté comparé au carnage des Colonnes infernales.

 

 

Où a été tourné le film ?

J. M. Le film a été réalisé dans les États du Connecticut et de New York […]

 

 

Les 250 comédiens sont tous des enfants et des jeunes. Qui sont-ils ?

J. M. – Les acteurs ont de 4 à 20 ans. Ils sont issus des cercles des écoles catholiques du Connecticut et de New York. Aucun d’eux n’est professionnel ou n’a suivi de formation de comédien, mais ils sont très crédibles et réalisent des performances épatantes.

 

Est-ce que ce film sortira aussi en salle ? Y aura-t-il une version française ?

J. M. […] Peut-être pourra-t-on faire une projection limitée en salles chez vous en Vendée et en Bretagne. On met les bouchées doubles en ce moment pour sous-titrer les dialogues en français.

 

 

Quel est le budget de cette production ?

J. M. Environ 50 000 dollars, mais presque la moitié du budget est passé dans la bande-son […] On va faire une première production de 5 000 DVD. On cherche un distributeur européen, mais en attendant, dès qu'il sera disponible, à la mi-février, nous le vendrons à moitié prix pour la France.

 

Revolution-menacee-soulevements-anti-revolutionnaires.jpg

 

 

vendee.jpg

Reynald Secher est le spécialiste des guerres de Vendée. C'est lui qui a enfin dévoilé l'ampleur de cette catastrophe humanitaire qui a entaché à jamais la République française; à cause de cela, il a subi et subit encore une ostracisation qui en dit long sur la mauvaise conscience de l'intelligentsia et des "démocrates" d'aujourd'hui...

 

 

Matrice de toutes les violences idéologiques du XXème siècle, la Révolution française est un phénomène spécifique, fruit de la société française et de son temps.

Deux siècles aprés les guerres de religion, la Révolution constitue l'épisode de guerre civile le plus sanglant de notre histoire moderne et contemporaine. A cause de sa durée: plus de dix ans, mais aussi au caractère radical de ses antagonismes. L'estimation numérique des victimes a toujours été l'objet de polémiques. mais des travaux, forcément fragmentaires, ont livré des chiffres édifiants. Ainsi, le seul mois de messidor an II( 21 juin-2& juillet 1794) a vu le tribunal révolutionnaire de Paris prononcer 800 condamnations à mort, exécutées dans la foulée. Pour toute la Terreur qui court sur dix longs mois, les travaux de l'Américain Donald Greer aboutissent au chiffre de 16 600 peines capitales pour l'ensemble du territoire.  Et il ne s'agit que de la répression judiciaire. Il faut y ajouter les victimes de la guerre civile qui a ravagé l'Ouest armoricain et d'autres régions, sans oublier d'importants centres urbains comme Rennes, Nantes, Bordeaux, Marseille, Toulon... Cette fois, le chiffre d'un demi-million de morts n'est pas excessif, victimes de famines qui réapparaissent, des épidémies qui les suivent, tués au combat ou tout simplement massacres sporadiques ici ou là...

 

 

Toutes ces évaluations chiffrées doivent être rapportées au nombre des Français en 1789 qui sont à peu prés trente deux millions et confirment l'ampleur du séisme, qui ne fut pas seulement institutionnel et social mais aussi démographique. Une saignée qui, amplifiée par vingt trois années de guerres de conquête (1792-1815), a réduit la part de la population française dans celle du continent avec les effets que l'on sait. En 1815, la France est épuisée, la population a vieilli prématurément, les Français sont moralement abattu,le dynamisme commercial est un lointain souvenir tandis que la Grande-Bretagne commence à devenir pour longtemps la première puissance économique, militaire et coloniale du continent.
Si les chiffres ne sont plus contestés, il n'en est pas de même lorsqu'il s'agit de définir une typologie des violences et d'expliquer ce qui les a rendus aussi dramatiques. En fait, c'est la cacophonie... De Taine à Marx rien n'allait déjà plus, de Pierre Gaxotte à Albert Matthiez ce n'était pas mieux et, aujourd'hui, leurs épigones, dévalorisés, à bout de souffle, ne font plus que ratiociner.
Pourtant, en leur temps, (1965) qui s'éloigne du nôtre, les grands historiens Denis Richet (1927-1989) et François Furet (1927-1997) avaient posé les bonnes règles d'analyse et d'interprétation. Trente ans aprés, sa parution, Penser la Révolution française reste la réflexion de référence.
 Affirmer que la Révolution française porte en elle tous les germes des violences idéologiques du XXème siècle et en particulier de celles provoquées par les doctrines "totalitaires", c'est à la fois parler trop vite et trop peu. matricielle à bien des égards, cette révolution est complexe.
Les-Furies.jpg
Il faut d'abord mesurer la part des habitudes, la reproduction des modèles anciens de violence dans le processus révolutionnaire. A commencer par l'arrière-plan frumentaire: si la France de 1789 ne connaît plus de famines, elle subit toujours les aléas météoroliques qui remettent en cause  le calme des campagnes et un approvisionnement suffisant des villes. La "soudure" -l'été- reste un moment crucial. en particulier à Paris, où, très vite, le manque de farine peut déclencher l'émeute. On constate que de nombreuses "journées révolutionnaires" trouvent leur origine dans les queues devant les boulangeries pour un pain trop rare et trop cher et, en même temps, il est frappant de constater que sous l'occupation allemande, les queues devant les boulangeries ne dégénèrent pas et qu'elles se sont "institutionnalisées". On attend en maugréant; sans plus...L'occupant ne badine pas.
Le 14 juillet 1789, les 5 et 6 octobre de la même année, les 4-5 septembre 1792, du 20 au 24 mai 1795, les cris "du pain!" des Parisiens tournent à l'émeute. Et, comme ce sera le cas à Petrograd en février 1917, de cette exigence première de manger à sa faim, on passe rapidement à des revendications ouvertement politiques.
La portée symbolique et édifiante des "grandes journées patriotiques" de 1789 ne doivent pas faire illusion: il faut réduire la portée de la "prise de la Bastille", qui n'est rien que, la veille, la destruction de quarante des cinquante-quatre barrières d'octroi du mur des Ferm iers généraux. Une affaire beaucoup plus importante pour les Parisiens que la prise par la populace d'une forteresse d'Etat presque désaffectée.
Tous ces troubles qui débutent avec la "Journée des Tuiles" à Grenoble, le 7 juin 1788, et qui culminent avec la "Grande Peur" de l'été 1789 forment un ensemble bigarré de coups de force "parlementaires" contre l'Etat central (Grenoble, Rennes), de désordres ruraux sporadiques, émiettés et confus, de vengeances populaires contre les responsables du bon ravitaillement des villes.
Mais rien de tout cela ne constitue vraiment une rupture fondamentale accouchant d'un type nouveau de violence.
grande_peur_gr.gif
La "Grande Peur" est caractéristique de cet état intermédiaire, entre chien et loup, traversé d'émotions irrationnelles, déstructurées, de pulsions, lorsqu'un ordre ancien se décompose et qu'on devine l'avènement d'un nouveau. C'est moins le coup d'éclat  du 4 août (l'abolition des privilèges) que leur multiséculaire  rumination qui jette les paysans à l'assaut de quelques dizaines de châteaux. La rumeur fait le reste, multipliant les saccages et les meurtres, déclenchant la première émigration essentiellement nobiliaire.
Si l'on revient à l'ordre politique, on est encore frappé de voir combien l'ancien et le nouveau s'entremêlent: la contrainte infligée à Louis XVI, par des émeutiers réclamant de la farine, le 5 octobre 1789, de quitter le palais de Versailles pour se retrouver prisonnier d'une ville géante...
Dans cette affaire, la reine a échappé de peu d'être massacrée, des Gardes royaux sont assassinés et La Fayette joue un rôle des plus équivoques...Le caractère sacré du roi Très-Chrétien commence à se dissoudre.
Enfin, pour en finir au sort réservé au roi, il procède d'une mise en forme empruntée ouvertement à la révolution anglaise et à la fin de Charles 1er Stuart (1649): mise en exergue des "crimes" du souverain, impérieuse obligation de le faire comparaître devant les "représentants du peuple", invitation faite à ces derniers de trancher:

"Je ne vois point de milieu: cet homme doit régner ou mourir!".
St Just
execution-Louis-XVI.jpg
Exécution publique et sacrificielle du roi Louis XVI le 21 janvier 1793, aprés un "procés" sans honneur ni vérité.

La violence propre à la Révolution découle de la mise à l'ordre du jour de la Terreur, le 5 septembre 1793.
Un an aprés les massacres de septembre (1200 victimes dans les prisons parisiennes, en une seule journée) et pour ne pas revoir ce type de débordements que chacun, ensuite, manipule pour en faire une arme politique, la Convention instaure une répression impitoyable mais légale, parfaitement institutionnalisée. Tout la justifie aux yeux des révolutionnaires, qui depuis des mois vivent dans un état de fièvre obsidionale requérant les remèdes les plus appropriés.
D'abord, l'encerclement, depuis le début de la guerre (20 avril 1792), et la certitude de lutter contre une conspiration universelle les ont gagnés. Et c'est vrai: aux frontières, Autrichiens, Prussiens, Italiens et Espagnols marquent des points; les côtes sont désormais soumises au blocus des Anglais qui s'emparent de Toulon; la révolte fédéraliste animée par les Girondins fait tache d'huile; le soulèvement vendéen atteint la Loire et menace Nantes. Si cette ville tombe, c'est Paris qui est en danger.Le territoire français qui avait été sanctuarisé depuis Louis XV est envahi par des troupes étrangères...
Pareille conjonction est mortelle pour le nouveau pouvoir. Un pouvoir qui est donc aux abois...
Mais en fait, avant même d'être proclamée, la Terreur fonctionne, puisque le tribunal révolutionnaire est institué dés le 11 mars 1793 et que, dix jours plus tard, on crée des comités de surveillance qui pourvoieront en "suspects" ledit tribunal. Des suspects qui ne forment pas une catégorie pénale et dont on peut étendre la définition sans aucun frein.
SeptemberMassacres.jpg
Lamballe-massacre-3.jpg
Lamballe-massacre.gifA la suite des revers militaire à Longwy et à Verdun, les meneurs de la Commune de Paris organisent du 2 au 7 septembre 1792, le massacre systématique des suspects entassés dans les prisons parisiennes. Ici, la mise à mort de la princesse de Lamballe (1749-1792) qui fut une jeune femme exquise et amie de la reine (toile de Léon-Maxime Faivre, 1908).
Le cadavre fut dépecé et affreusement profané...
Les Nazis procéderont de la même façon: lors de chaque revers de l'armée allemande, ils se vengeront sur les Juifs et les otages...

Lamballe-massacre-2.jpg

"Le cadavre réparateur" de la princesse de Lamballe.

Cette femme de la haute aristocratie, représente tout ce qu'une partie du "Peuple souverain" hait viscéralement: l'élégance, la beauté,le courage, la noblesse de coeur,la beauté altière et  l'esprit français.

 

 

Marie_Therese_de_Savoie-_princesse_de_Lamballe_01.jpg

 

Marie-Thérèse, princesse de Lamballe, par Antoine-François Callet; 1776.

 

 

En fait, la Terreur procède par étapes au gré des "circonstances", de ces circonstances invoquées comme autant de légitimation de l'illégal et du monstrueux, tant par les acteurs de l'époque que  par la plupart des historiens français d'aujourd'hui afin de justifier l'injustifiable, dés lors qu'il s'agit de ce moment d'Histoire de France, socle de l'idéologie républicaine et démocratique.

 

C'est évidemment la loi du 22 prairial An II (1à juin 1794) qui donne  toute leur plénitude aux procédures terroristes.

Après avoir écarté Robespierre qui déclare avec un talent et une mauvaise foi diaboliques:

" Cette sévérité n'est redoutable que pour les conspirateurs, que pour les ennemis de la liberté".

les Conventionnels adoptent un texte parfaitement liberticide, en infraction totale avec les "immortels principes" de la Déclaration des Droits de 1789. Il simplifie et accélère les procédures: plus d'instruction, plus d'avocat, plus d'audition de témoins, juste des preuves contre les accusés. L'acte d'accusation sera dressé à partir de simples dénonciations...

Ainsi, les Français ont le triste privilège d'ouvrir le premier grand épisode de délations, dénonciations et autres mouchardages de toute leur Histoire. On sait qu'il refleurira sous Vichy puis, multiplié par la puissance 10 à la Libération.

 

Au total, entre mars et la fin de juillet 1794, un demi-million de personnes sont arrêtées et présentées aux comités de surveillance pour "incivisme" ou pire, pour "complots avec les ennemis de la République". Toutes les couches de la société sont concernées, des plus humbles aux plus riches, même si proportionnellement à leur nombre, les nobles, les grands bourgeois et les membres du clergé sont les plus touchés.

Il y a aussi des disparités régionales, beaucoup plus de paysans en Vendée, plus de bourgeois à Nantes, Lyon ou Nîmes...

 

 

Chouans devant tribunal

Prisonniers Chouans devant un tribunal révolutionnaire.

 

Mais pour les terroristes, l'élimination physique de leurs ennemis ne suffit pas: il faut les faire disparaître de la mémoire collective. Le populicide ne peut être efficace sans le mémoricide. On raye le nom d'une ville "aristocrate": Lyon, Ville affranchie; la Vendée, Vengé et la liste est longue...

Le jacobin Chalier (1747-1794)  fait disparaître les demeures des riches, détruisant pour toujours de magnifiques demeures ancestrales. Barère (1755-1841) et ses acolytes ordonnent la destruction de la Vendée. Ce révolutionnaire extrêmiste est mort dans son lit. Bien entendu,  la"destruction de l'inexplicable Vendée" réclamée par Barère forme à elle seule un pan immense, essentiel de la politique terroriste. Cet acharnement s'explique par le fait que les insoumis ne sont pas des aristocrates mais dans leur immense majorité des gens du peuple, des paysans surtout, ceux pour qui les révolutionnaires se sont démenés afin de les "libérer " de leur sort de "damnés de la terre". Les révolutionnaires voient dans ces soulèvements sporadiques puis de mieux en mieux organisés, une trahison, un camouflet insupportable à leurs utopies.

 

chouans

Revolution-francaise-1793.jpg

 

 


France La Roche



Henri du Vergier, comte de La Rochejaquelein (1772-1794)par Pierre-Narcisse Guérin. 

Comme tous les chefs de la résistance à la tyrannie révolutionnaire, il est jeune, issu de la vieille petite noblesse terrienne, catholique fervent; mais au début, ce sont les paysans qui viennent chercher leurs chefs et les poussent à prendre le commandement.

Henri-de-la-rochejacquelein-1.jpg

 

 

Cholet-Jaquelein.jpg

Henri de La Rochejaquelein au combat de Cholet, 17 octobre 1793, peinture de Paul-Émile Boutigny, Musée d'histoire de Cholet


 

France La RocheFrance VendeeCholetMoulin1794

Bataille de Cholet

 

Girardet - Déroute de Cholet

Déroute de Cholet par Girardet.

 

 

Mort_de_La_Rochejaquelein.JPG

 

La Mort de Henri de La Rochejaquelein, peinture de Alexandre Bloch.

 

 


 

Louis_de_Lescure.jpg


Louis-Marie de Lescure (1766-1793)

 

Embuscade de Chouans à la bataille de La Gravelle (1793)

Embuscade: ce que les soldats républicains (les Bleus) redoutent le plus.

Les Espagnols procèderont de la même façon -guerilla- contre les troupes d'occupation de Napoléon.

 

Jean Chouan 2

Jean Chouan (1757-1794) "Le menteur".

Une figure de légende...Bandit et héros de la Résistance à la tyrannie républicaine.

Portrait présumé de Jean Chouan par L. de Labarre, réalisé d'après témoignages.

 

 

Barere.jpg

 

Portrait de Barère (1793-1794)

par Jean-Louis Laneuville: ces révolutionnaires affichent l'austérité de leurs "vertus".

Chapelle de La Madeleine à Malestroit

Chapelle de la Madeleine à Malestroit (Morbihan)

Dés le 19 mars 1793, soit une dizaine de jours après les premiers heurts entre paysans rétifs à la levée en masse  et gardes nationaux, (dans les Mauges, autour de Nantes, en Bretagne), la Convention décrète la peine de mort pour tout rebelle pris les armes à la main. Ce qui est courant en temps de guerre civile... Mais le 1er août, au vu du rapport du même Barère (1755-1841), la Convention décide de le suivre en adoptant sa motion, qui frappe de destruction  et de déportation les populations insurgées.

" Les forêts seront abattues, les repaires des rebelles seront détruits, les récoltes seront coupées[...]les femmes, les enfants et les vieillards seront conduits à l'intérieur...".

A l'intérieur?  Qu'est-ce-à dire? En fait, ils seront le plus souvent massacrés...


Sur le terrain, les représentants en mission (des noms de sinistre mémoire: Carrier, Francastel, Hertz, Merlin de Thionville), les généraux et les commissions militaires qui suivent l'armée procède de la manière la plus expéditive. Fusillades en masse, noyades, crémation de familles entières enfermées dans des églises, tortures et viols sur des fillettes devant les parents afin qu'ils donnent des lieux de cache. Puis, les méthodes viseront à tuer en masse au moindre coût. Des scientifiques seront invités à donner des avis et des conseils afin d'économiser les munitions...Pendant la Seconde Guerre mondiale les sections spécialisées qui suivent la Wermacht en territoires conquis, copieront ces méthodes françaises pour les nettoyages ethniques.

 
En cette fin de siècle, les bureaux révolutionnaires inventent le terme de "populicide". Ce système de dépopulation épouvante les Français habitant les régions soulevées. Mais en fait, la résistance s'en trouve raffermie quand de nombreux hommes ayant perdu femme et enfants, terre, bétail et ferme, n'ont finalement plus rien à perdre. Alors, le cycle infernal de la répression atteint son paroxisme. Derrière cette politique terroriste, il y a toute une bureaucratie de technocrates (militaires, financiers, avocats, politiciens) mais surtout, il y a Robespierre (1758-1794).

 

robespierre.jpg

Maximilien de Robespierre "l'Incorruptible": avocat, rendu névrotique par l'absence du père, il préfigure tous les politiciens à venir, amoureux de la Liberté, de l'Egalité et de la Raison qui n'hésitent pas à prendre des mesures criminelles mais légales pour faire triompher leur idéologie de la vertu.

Hier Lénine et Staline et aujourd'hui, nombre d'hommes et de femmes du monde politique, en France bien sûr et à l'étranger, se réclament de son héritage idéologique et des rues portent encore le nom de ce criminel...

 

 

Mais Robespierre n'est pas le seul. Après Thermidor, certains terroristes repentis qui veulent se couvrir afin de poursuivre leur carrière politique, feront croire que le seul responsable, c'était lui, lui qui donnait ses ordres criminels, fébrilement,hâtivement scribouillés, sur des petits bouts de papiers remis en mains propres et sans aucun contrôle, à des officiers de transmissions peu scrupuleux.(lire les dernières découvertes de Reynald Seicher dans les Archives militaires de Vincennes).

Les 9 et 10 Thermidor portent  à leur paroxisme les règlements de compte entre factions. Ils ne touchent que la nouvelle classe dirigeante et n'émeuvent guère les sans-culottes qui laissent faire une proscription particulièrement  sanglante puisque  71 "robespierristes sont guillotinés.

Sous la Convention thermidorienne, la violence prend une autre tournure: elle est moins celle du peuple urbain, même constitué en sections et qui avait connu son apogée en 1792, que celle des prétoriens entraînés par des ambitieux du faubourg Saint-Antoine, Jacques-François de Menou (1750-1810) le 23 mai 1795; le même, rejoint par Bonaparte et Murat, pour écraser les royalistes le 13 vendémiaire  (5 octobre 1795). Quant au Directoire, il peut être considéré comme une période de reflux de la violence révolutionnaire, avec juste cette conspiration des Egaux, aisément démantelée qui n'a pris une importance rétrospective qu'aux yeux des tenants du marxisme-léninisme.

En publiant "Des effets de la Terreur", en mai 1797,  Benjamin Constant (1767-1830) dresse, avec une fulgurante acuité intellectuelle et historique, le constat de son décés et surtout de son inanité.

 

 

Louis Charles of France

Louis-Charles de France, XVIIème du nom (1785-1795).

Arraché à sa famille, maltraité, isolé dans un cachot, les révolutionnaires le laissèrent crever comme un chien.

Ses souffrances et son sang ne cesseront de retomber sur la République française...

 

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

microsoft customer care 10/01/2014 12:09

I am really excited about the film “The War of the Vendee”. I would love to have the DVD of this movie. I think it deals with great stories happened a long time before and I am sure that the experience is going to be great. Thanks a lot for sharing this.

Présentation

  • : Le Ciel, la Terre, l'Eau et le Feu
  • Le Ciel, la Terre, l'Eau et le Feu
  • : Critiques de films dits historiques ou sur la biodiversité, avec informations supplémentaires, parfois dérangeantes. Un autre regard, pas toujours consensuel...
  • Contact

Profil

  • Louis
  • Histoire, géographie, philosophie,cinéma, protection de la biodiversité ...sont mes passions.
Mes critiques se veulent sans concession à ce que la philosophe Chantal Delsol nomme: "La tentation du consensus"
  • Histoire, géographie, philosophie,cinéma, protection de la biodiversité ...sont mes passions. Mes critiques se veulent sans concession à ce que la philosophe Chantal Delsol nomme: "La tentation du consensus"

Louis

Cavalier.jpg

Recherche

Texte Libre

cosmos 151%20VIE%20COSMOS%2017ANNEESLUMIERES%20HUBBLES

Archives -2007-2013-

Texte Libre

Vagues sur rochers

Articles Récents

  • CHURCHILL
    Synopsis : Juin 1944. Découvrez le rôle déterminant de Winston Churchill dans cette fiction qui se situe 48 heures avant le débarquement des troupes alliées sur les plages de Normandie. Winston Churchill (1874-1965) fut aux Britanniques ce que fut le...
  • LES SAISONS
    ~~Il y a 12 000 ans, la planète connaît un réchauffement brutal qui met fin à la dernière ère glaciaire et change radicalement la physionomie du continent européen. La forêt s'installe et permet à de multiples espèces animales de se développer. Les hommes...
  • MY WEEK WITH MARILYN
    ~~À Londres en 1956: Sir Laurence Olivier se prépare à réaliser un film. Le jeune Colin Clark, enthousiaste étudiant de cinéma, veut être impliqué et manœuvre pour obtenir un emploi : il parvient à être embauché comme troisième assistant réalisateur sur...
  • THE READER
    THE READER ~~The Reader (Le Liseur au Québec et au Nouveau-Brunswick) est un film américain de Stephen Daldry, adapté du best-seller Der Vorleser (titre français Le Liseur) de l'auteur allemand Bernhard Schlink. Il est sorti aux États-Unis le 10 décembre...
  • UNBROKEN (Invincible)
    Louis Zempirini, jeune athlète à l'Université: encore un père à convaincre.... Date de sortie au Québec 25 décembre 2014 Louis Zamperini était un enfant délinquant quand son grand frère l'a pris sous son aile et l'a convaincu de rejoindre l'équipe d'athlétisme....
  • NATURE
    ~~Pour les amoureux de la nature, les curieux et les explorateurs, un documentaire époustouflant va sortir à la fin du mois : NATURE raconté par Lambert Wilson. meltyDiscovery vous en dit plus sur ce nouveau film NATURE vous emmène dans un voyage étonnant...
  • HERCULE
    ~~Mi-homme mi-légende, Hercule prend la tête d’un groupe de mercenaires pour mettre un terme à la sanglante guerre civile qui sévit au royaume de Thrace et replacer le roi légitime sur le trône. Âme tourmentée depuis la naissance, Hercule a la force d’un...
  • DANSE AVEC LES LOUPS
    ~~Danse avec les loups (Dances with Wolves) est un film américain réalisé par Kevin Costner en 1990. Il s'agit d'une adaptation du roman éponyme écrit en 1988 par Michael Blake. C'est un des films les plus récompensés de l'histoire du cinéma pour un réalisateur...
  • LES SEPT MERCENAIRES
    ~~Les Sept Mercenaires (The Magnificent Seven) est un western de John Sturges sorti en 1960. Le film est grandement inspiré du film japonais Les Sept Samouraïs réalisé par Akira Kurosawa en 1954. ~~Distribution: Yul Brynner (VF : Georges Aminel) : Chris...
  • CRISTEROS
    ~~En 1926, un soulèvement populaire secoue le Mexique suite aux lois farouchement anticléricales du président Callès , un Franc-maçon, qui interdisent toutes pratiques religieuses publiques dans l’ensemble d'un pays majoritairement catholique. Face à...

Beautes Menacees

Texte Libre

arbre ecorcarbres-insolites-autres-arbres-france-6714593769

Texte Libre

Feu.jpg